for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Brexit: La Grande-Bretagne cherche à atténuer les perturbations commerciales en Irlande du Nord

La Grande-Bretagne a annoncé un plan de 200 millions de livres (217 millions d'euros) pour aider à atténuer les perturbations commerciales post-Brexit pour les entreprises d'Irlande du Nord lorsque les règles de l'Union européenne en matière de liberté de circulation cesseront de s'appliquer à la fin de l'année. Le ministre du Bureau du cabinet britannique, Michael Gove (photo), présentera le nouveau service de soutien aux commerçants lors d'une visite en Irlande du Nord vendredi. /Photo prise le 13 février 2020/REUTERS/Toby Melville

LONDRES (Reuters) - La Grande-Bretagne a annoncé un plan de 200 millions de livres (217 millions d’euros) pour aider à atténuer les perturbations commerciales post-Brexit pour les entreprises d’Irlande du Nord lorsque les règles de l’Union européenne en matière de liberté de circulation cesseront de s’appliquer à la fin de l’année.

L’Irlande du Nord possède la seule frontière terrestre de la Grande-Bretagne avec l’UE, ce qui en fait un point de convergence pour les questions complexes sur le fonctionnement d’un nouveau système de commerce transfrontalier après le Brexit.

Le ministre du Bureau du cabinet britannique, Michael Gove, présentera le nouveau service de soutien aux commerçants lors d’une visite en Irlande du Nord vendredi, promettant un service gratuit de bout en bout pour traiter les déclarations d’importation et de sécurité au nom des commerçants.

Un montant supplémentaire de 155 millions de livres sera investi dans la technologie nécessaire au fonctionnement de ce service.

Ce plan d’aide doit être mis en place en septembre et devrait aider les commerçants à s’y retrouver dans les formalités administratives requises par les conditions de sortie de la Grande-Bretagne, ce qui signifie que l’Irlande du Nord est soumise à la fois à la réglementation douanière britannique et à celle de l’UE.

William James; version française Camille Raynaud

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up