for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

USA 2020: Biden dévoile un blitz publicitaire à 280 millions de dollars

NEW YORK (Reuters) - Joe Biden, candidat démocrate à l’élection présidentielle de novembre aux Etats-Unis, va inonder les télévisions et les réseaux sociaux avec une vaste campagne publicitaire dont le coût atteindra 280 millions de dollars (environ 236 millions d’euros) d’ici au scrutin du 3 novembre, a annoncé mercredi son équipe de campagne.

Joe Biden, candidat démocrate à l'élection présidentielle de novembre aux Etats-Unis, va inonder les télévisions et les réseaux sociaux avec une vaste campagne publicitaire dont le coût atteindra 280 millions de dollars (environ 236 millions d'euros) d'ici au scrutin du 3 novembre, a annoncé mercredi son équipe de campagne. /Photo prise le 28 juillet 2020/REUTERS/Jonathan Ernst

A titre de comparaison, ce montant dépasse celui des dépenses publicitaires engagées depuis 2017 par son adversaire, l’actuel président Donald Trump.

Cette somme conséquente, qui financera des publicités diffusées dans 15 Etats, traduit une franche accélération des dépenses publicitaires de l’ancien vice-président de Barack Obama, qui a peiné à réunir des fonds pendant les primaires démocrates et dont la première campagne publicitaire à large échelle en vue de la présidentielle date seulement du mois de juin.

Selon des cabinets d’études sur les médias, Donald Trump a pour l’instant réservé pour 150 millions de dollars de spots publicitaires télévisés dans 11 Etats à l’automne.

Jusqu’ici, les dépenses publicitaires de l’actuel locataire de la Maison blanche (sur Facebook, Google et dans des spots télévisés) dépassaient significativement celles de Joe Biden.

Cette nouvelle vague de réservations d’espaces publicitaires (dont 60 millions sont dédiés à la publicité en ligne) va siphonner les comptes de campagne du candidat démocrate, dont les équipes avaient précisé mi-juillet disposer de 242 millions de dollars. Elle confirme également que la confrontation Trump-Biden sera l’élection présidentielle américaine la plus chère de l’histoire.

La campagne de Joe Biden a repris de l’élan ces dernières semaines, portée par des sondages nationaux donnant l’ancien vice-président en tête ainsi que par les 282,1 millions de dollars de dons récoltés par les démocrates entre avril et juin, une collecte trimestrielle dépassant pour la première fois les montants engrangés par Donald Trump.

“CETTE ÉLECTION EST UN VÉRITABLE RÉFÉRENDUM SUR TRUMP”

Cette nouvelle campagne de l’ex-sénateur démocrate de 77 ans, sera notamment diffusée dans les “Etats bascule” (“swing States”) que sont la Pennsylvanie, le Michigan et le Wisconsin, mais aussi dans des Etats généralement acquis aux Républicains où l’ancien vice-président compte relancer le jeu à l’automne, comme l’Arizona et la Géorgie.

D’après Jen O’Malley Dillon, directrice de campagne du candidat démocrate, ces publicités - qui dépeindront Joe Biden comme un dirigeant empathique, à la différence de son adversaire - traduiront la volonté de passer “à l’offensive”.

“Cette élection est un véritable référendum sur Donald Trump et sa gestion ratée du COVID mais aussi de l’économie”, a-t-elle déclaré à des journalistes.

Lors de sa campagne victorieuse en 2016, Donald Trump s’est largement appuyé sur une couverture médiatique gratuite mais la campagne pour sa réélection, qui a commencé dès 2017, a déjà dépensé 237 millions de dollars (sans compter les centaines de millions de dollars supplémentaires dépensés par le parti républicain et les autres alliés du président en exercice).

Ces sommes ont financé des publicités attaquant Joe Biden, avant même que sa nomination comme candidat démocrate ne soit officielle. Dans les publicités actuellement diffusées par la campagne de Trump, l’ancien vice-président est décrit comme étant sous le contrôle d’activistes radicaux d’extrême-gauche.

A trois mois du scrutin, il s’agit pour les deux camps de tenter par tous les moyens d’attirer l’attention des électeurs, alors que la crise sanitaire liée au nouveau coronavirus empêche les grands rassemblements de campagne.

Joe Biden et sa colistière - dont le nom doit être annoncé sous peu - seront formellement investis mi-août lors d’une convention nationale démocrate qui se tiendra en visioconférence.

Donald Trump a de son côté décidé d’annuler les rassemblements publics prévus fin août en Floride pour la convention nationale républicaine. Les délégués du Parti républicain doivent cependant se réunir à Charlotte (Caroline du Nord) pour le désigner officiellement comme candidat et des rassemblements “virtuels” devraient être organisés.

version française Myriam Rivet, édité par Jean-Stéphane Brosse

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up