July 29, 2020 / 7:09 AM / 8 days ago

USA: Les agents fédéraux ont quitté Seattle, dit la maire

Les agents fédéraux déployés à Seattle pour protéger les biens de l'administration fédérale ont quitté la ville, a déclaré mardi sa maire, après que des représentants locaux se sont plaints de cette présence qui alimentaient selon eux les tensions lors de manifestations contre le racisme (photo). /Photo prise le 28 juin 2020/REUTERS/Lindsey Wasson

SEATTLE (Reuters) - Les agents fédéraux déployés à Seattle pour protéger les biens de l’administration fédérale ont quitté la ville, a déclaré mardi sa maire, après que des représentants locaux se sont plaints de cette présence qui alimentaient selon eux les tensions lors de manifestations contre le racisme.

Des équipes fédérales étaient arrivées la semaine passée dans la principale ville de l’Etat de Washington et se trouvaient en état d’alerte après des attaques contre un tribunal fédéral de Portland, dans l’Oregon voisin.

La maire Jenny Durkan s’est opposée à l’envoi d’agents fédéraux, estimant que cette présence pourrait entraîner des troubles plutôt que les empêcher et soulignant que les autorités locales n’avaient pas donné leur accord.

Via Twitter, elle a fait savoir mardi que le département de la Sécurité intérieure (DHS) lui avait dit que les agents d’une unité d’intervention tactique des douanes américaines avaient quitté Seattle.

Aucun commentaire n’a été obtenu dans l’immédiat auprès du DHS.

Durkan fait partie des maires démocrates ayant appelé à la fin des violences qui ont émergé lors de manifestations contre le racisme et la brutalité policière, alors que le président républicain Donald Trump s’est servi d’images de troubles pour sa campagne de réélection.

L’Attorney General (ministre fédéral de la Justice) William Barr a déclaré mardi que les agents avaient été déployés à Portland pour stopper des “émeutiers” et a rejeté les critiques des élus démocrates selon lesquelles il s’agissait d’une manoeuvre pour promouvoir le maintien de l’ordre mis en avant par Donald Trump en amont de l’élection présidentielle de novembre.

Gregory Scruggs, avec Andrew Hay; version française Jean Terzian

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below