for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Londres défend sa quarantaine imposée aux voyageurs venant d'Espagne

LONDRES/MADRID (Reuters) - La Grande-Bretagne a défendu mardi sa décision de rétablir deux semaines de quarantaine pour les voyageurs en provenance d’Espagne dans le cadre de la lutte contre la pandémie liée au nouveau coronavirus et a prévenu qu’elle pourrait prendre des mesures similaires à l’encontre d’autres pays si nécessaire.

Le secrétaire d'Etat britannique Simon Clarke a défendu mardi la décision de Londres de rétablir deux semaines de quarantaine pour les voyageurs en provenance d'Espagne dans le cadre de la lutte contre la pandémie liée au nouveau coronavirus. /Photo d'archives/REUTERS/Neil Hall

“Si nous observons des signes d’une deuxième vague dans d’autres pays, je crains que ce soit vraiment notre travail, notre devoir, d’agir rapidement et résolument pour empêcher les voyageurs en provenance de ces destinations de répandre la maladie ici au Royaume-Uni”, a déclaré à la presse le Premier ministre britannique, Boris Johnson.

Madrid estime que la quarantaine imposée depuis dimanche par les autorités britanniques aux voyageurs arrivant sur le sol britannique en provenance d’Espagne est disproportionnée.

Simon Clarke, secrétaire d’Etat chargé des questions de croissance régionale au sein du cabinet Johnson, avait expliqué dans la matinée que cette décision avait été prise sur des bases scientifiques au regard de la hausse du taux de contamination enregistrée en Espagne.

“Bien évidemment, nous continuons à travailler en étroite collaboration avec les autorités espagnoles et leur souhaitons plein succès pour maîtriser cette situation le plus rapidement possible”, a-t-il ajouté.

Mais pour le président du gouvernement espagnol Pedro Sanchez, la décision britannique constitue une erreur car une grande partie de l’Espagne, dont l’Andalousie et les très touristiques îles Baléares et Canaries, ont un taux de contamination inférieur à celui observé au Royaume-Uni.

“Il serait plus sûr d’être dans ces destinations qu’au Royaume-Uni”, a déclaré le dirigeant socialiste lundi soir à la télévision.

D’après les autorités espagnoles, les nouvelles infections sont essentiellement concentrées dans les régions du nord-est de la Catalogne et de l’Aragon.

Le secteur espagnol du tourisme dépend largement des Britanniques, qui ont représenté en 2019 plus d’un cinquième des visiteurs étrangers dans le pays.

Cette quarantaine pourrait faire perdre 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires, a déclaré mardi à la chaîne de télévision La Sexta Jorge Marichal, responsable de la Confédération espagnole du tourisme (CEHAT).

Sarah Young et Paul Sandle à Londres, avec Belén Carreño à Madrid; version française Claude Chendjou, édité par Henri-Pierre André

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up