for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

La Chine a lancé une mission inhabitée et indépendante vers Mars

WENCHANG, Chine (Reuters) - La Chine a lancé jeudi avec succès une sonde inhabitée à destination de Mars dans le cadre de la première mission indépendante d’exploration du pays sur une autre planète, qui témoigne de sa maîtrise technologique et de son ambition de devenir une puissance spatiale.

La Chine a lancé jeudi une fusée Longue Marche 5 transportant une sonde à destination de Mars afin d'y déployer un rover chargé d'explorer la planète pendant 90 jours. /Photo prise le 23 juillet 2020/REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

La fusée Longue Marche 5 a décollé à 04h41 GMT du centre spatial de Wenchang, dans la province de Hainan. La sonde devrait atteindre Mars en février prochain, selon les prévisions de l’administration spatiale chinoise, et tentera d’y déployer un rover chargé d’explorer la planète pendant 90 jours.

La mission a été dénommée “Tianwen” (“Questions au Ciel”), nom tiré d’un poème écrit il y a deux millénaires par Qu Yuan dans lequel celui-ci soulève des questions sur les étoiles et d’autres corps célestes.

En cas de succès, la Chine deviendrait le premier pays à réussir à faire atterrir et déployer un rover dès sa mission inaugurale.

Il y aura des défis à relever à l’approche de Mars, a déclaré à la presse Liu Tongjie, porte-parole de la mission, avant le lancement de la fusée.

“En arrivant à proximité de Mars, il est très important de décélérer”, a-t-il dit.

“Si le processus de décélération n’est pas réalisé correctement, ou si la précision de vol n’est pas suffisante, la sonde ne sera pas attirée par Mars”, a-t-il dit, faisant référence à la gravité sur la planète rouge.

Dans ce cas, la sonde restera en orbite autour de Mars pendant environ deux mois et demi, dans l’espoir d’entrer dans son atmosphère et d’y faire un atterrissage en douceur.

“L’entrée, la décélération et l’atterrissage sont un (processus) très difficile. Nous pensons que la Chine peut réussir ces trois phases et que le vaisseau spatial peut atterrir en toute sécurité”, a souligné Liu Tongjie.

PLUSIEURS MISSIONS SUR MARS

Huit engins - lancés par les Etats-Unis, l’Europe et l’Inde - se trouvent actuellement en orbite autour de Mars ou sur sa surface, et d’autres missions sont en projet.

Les Émirats arabes unis ont également lancé lundi une mission sur Mars dans le but d’étudier son atmosphère.

Les Etats-Unis prévoient aussi d’envoyer une sonde prochainement sur Mars qui déploiera un rover appelé Perseverance. Ce rover sera le plus gros, le plus lourd et le plus avancé jamais expédié sur la planète rouge par la Nasa.

La sonde chinoise transportera pour sa part plusieurs outils scientifiques pour observer l’atmosphère et la surface de la planète, à la recherche de signes d’eau et de glace.

La Chine s’était associée par le passé à la Russie pour envoyer un robot sur Mars en 2011 mais la fusée de fabrication russe transportant la sonde n’était pas parvenue à quitter l’orbite de la Terre.

Avec Liangping Gao à Pékin; version française Jean Terzian et Claude Chendjou, édité par Blandine Hénault

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up