for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Un combattant du Hezbollah tué dans une frappe israélienne près de Damas

BEYROUTH, 22 juillet (Reuters) - Un combattant du Hezbollah a été tué dans un raid israélien en Syrie, première victime dans les rangs du mouvement chiite libanais soutenu par l’Iran depuis que son chef a prévenu il y a près d’un an que tout nouveau meurtre de ses membres en Syrie ferait l’objet de représailles.

Ali Kamel Mohsen, originaire du Sud-Liban, a été tué dans une frappe aérienne israélienne près de l’aéroport de Damas, selon l’avis de décès l’érigeant en martyr de la résistance islamique - une référence au Hezbollah - qui a été confirmé par le mouvement chiite libanais soutenu par l’Iran.

Cette annonce fait semble-t-il référence à un raid aérien survenu lundi soir, que des sources au sein de services de renseignement occidentaux ont décrites comme une frappe israélienne visant un important dépôt de munitions appuyé par l’Iran et situé à la lisière de la capitale syrienne.

Les médias officiels syriens avaient alors annoncé que la défense aérienne syrienne avait contré une nouvelle “agression” dans le ciel de Damas.

Le Hezbollah a déployé ses combattants en Syrie dans le cadre des efforts déployés par l’Iran pour appuyer le président Bachar al Assad dans le conflit issu du mouvement de contestation de son régime en 2011.

Après la mort de deux membres du Hezbollah à Damas en août dernier, le chef du mouvement libanais Sayyed Hassan Nasrallah a promis de riposter à toute nouvelle attaque d’Israël se soldant par la mort de ses combattants en Syrie.

Laila Bassam, version française Myriam Rivet, édité par Jean-Stéphane Brosse

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up