for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Londres va suspendre son traité d'extradition avec Hong Kong

Le ministre des Affaires étrangères, Dominic Raab. La Grande-Bretagne va suspendre ce lundi son traité d'extradition avec Hong Kong, a confirmé le Premier ministre Boris Johnson, signe d'une nouvelle escalade dans les tensions avec la Chine après l'instauration d'une loi de sécurité nationale imposée par Pékin dans l'ancienne colonie britannique. /Photo prise le 2 juillet 2020/REUTERS/Hannah McKay

LONDRES (Reuters) - La Grande-Bretagne va suspendre ce lundi son traité d’extradition avec Hong Kong, a confirmé le Premier ministre Boris Johnson, signe d’une nouvelle escalade dans les tensions avec la Chine après l’instauration d’une loi de sécurité nationale imposée par Pékin dans l’ancienne colonie britannique.

“Nous sommes évidemment préoccupés par ce qui se passe à Hong Kong”, a déclaré lundi le Premier ministre britannique.

“Le ministre des Affaires étrangères précisera un peu plus tard comment nous allons modifier nos accords d’extradition pour refléter nos inquiétudes à propos de ce qui se passe avec cette loi sur la sécurité à Hong Kong”, a-t-il ajouté.

Le Times et le Daily Telegraph avaient précisé en début de matinée que le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab - qui a accusé dimanche la Chine de “graves” violations des droits de l’homme - allait annoncer le gel de ce traité devant le Parlement en début d’après-midi.

La Grande-Bretagne considère que la nouvelle loi de sécurité nationale imposée par Pékin à Hong Kong porte atteinte aux libertés garanties dans la région administrative spéciale - y compris l’indépendance du système judiciaire - qui ont permis à l’ancienne colonie britannique de devenir l’un des pôles financiers les plus importants depuis sa rétrocession à la Chine en 1997.

Les autorités de Hong Kong et de Pékin défendent cette législation indispensable à leurs yeux pour combler les failles dans la sécurité nationale révélées par les récents mouvements de contestation pro-démocratie et anti-chinois, et la Chine a invité à plusieurs reprises les grandes puissances occidentales à cesser leur “ingérence” dans ce dossier.

Andy Bruce et William James à Londres, avec Aakriti Bhala à Bengalore ; version française Myriam Rivet, édité par Jean-Stéphane Brosse

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up