April 23, 2020 / 9:40 AM / 3 months ago

Coronavirus: Merkel appelle les Allemands à la discipline et la patience

BERLIN (Reuters) - Les Allemands devront faire preuve de patience et de discipline pour traverser la crise liée à l’épidémie de coronavirus qui n’en est “qu’à son commencement”, a averti jeudi la chancelière Angela Merkel.

Les Allemands devront faire preuve de patience et de discipline pour traverser la crise liée à l'épidémie de coronavirus qui n'en est "qu'à son commencement", a averti jeudi la chancelière Angela Merkel. /Photo prise le 22 avril 2020/REUTERS/Hannibal Hanschke

Les premières mesures d’allègement du confinement mises en place depuis le début de la semaine dans les Länder ont conduit la dirigeante allemande à redouter que la population baisse la garde et relâche les efforts de distanciation sociale.

L’Allemagne se classe à la cinquième position des pays comptant le plus de cas officiels de contaminations au COVID-19, derrière les Etats-Unis, l’Espagne, l’Italie et la France, mais elle est parvenue à limiter le nombre de décès, notamment en conduisant une campagne agressive de dépistage.

Selon l’institut sanitaire Robert Koch, le pays comptait ce jeudi 148.046 cas confirmés de contamination au coronavirus, soit 2.352 de plus que la veille.

“C’est justement parce que les chiffres nous offrent le droit d’espérer que je me sens obligée de dire que ces résultats sont fragiles. Nous sommes sur un fil”, a déclaré Angela Merkel devant le Bundestag.

“Nous ne sommes pas dans la phase finale de la pandémie, mais toujours au début”, a-t-elle encore souligné.

“Nous avons gagné du temps”, mis à profit pour renforcer les capacités du système de santé, qui fait pour l’instant face à l’épidémie, a ajouté la chancelière.

La levée progressive des dispositifs de confinement prévoit toutefois le maintien des mesures de distanciation sociale jusqu’au 3 mai, veille de la réouverture des écoles et des salons de coiffure.

La chancelière et les dirigeants des 16 Länder doivent se retrouver le 30 avril pour réfléchir à l’après-3 mai.

“Si nous faisons preuve d’une grande endurance et d’une grande discipline dès le début de la pandémie, nous serons capable de renouer avec la vie publique, économique et sociale qui était la nôtre plus rapidement et de manière plus durable”, a-t-elle dit.

BERLIN DOIT “CONTRIBUER BIEN DAVANTAGE AU BUDGET EUROPÉEN”

Evoquant le dossier européen et l’accompagnement à la reprise économique, la chancelière a réaffirmé son hostilité à l’émission de dette commune.

“Il s’agirait d’un processus très compliqué, coûteux en temps et il n’aiderait personne dans la situation actuelle car nous avons besoin d’instruments de réaction rapide à la crise”, a-t-elle dit, appelant les dirigeants européens, qui doivent débattre ce jeudi par visioconférence, à soutenir l’élaboration d’un plan de soutien économique pour les deux prochaines années.

“Nos rencontres d’aujourd’hui ne seront pas consacrées aux détails (...), mais il faut savoir une chose: dans un esprit de solidarité, nous devons être prêts, pour une période définie, à contribuer bien davantage au budget européen”, a souligné la chancelière allemande devant le Bundestag.

Les chefs d’Etat et de gouvernement européens doivent réfléchir ce jeudi sur la réponse financière commune à apporter à la pandémie de coronavirus, notamment en demandant à la Commission européenne de proposer des fonds de relance suffisamment importants pour aider les secteurs et les régions les plus affectés.

Paul Carrel; version française Nicolas Delame, édité par Jean-Stéphane Brosse

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below