April 23, 2020 / 7:25 AM / 3 months ago

Coronavirus: Trump en désaccord avec la réouverture de lieux publics en Géorgie

(Reuters) - Le président américain Donald Trump a fait part mercredi de son désaccord avec le plan de déconfinement annoncé par le gouverneur de l’Etat de Géorgie, estimant qu’il était “tout simplement trop tôt” pour lever certaines restrictions instaurées pour enrayer la propagation du coronavirus.

Le président américain Donald Trump a fait part mercredi de son désaccord avec le plan de déconfinement annoncé par le gouverneur de l'Etat de Géorgie, estimant qu'il était "tout simplement trop tôt" pour lever certaines restrictions instaurées pour enrayer la propagation du coronavirus. /Photo prise le 22 avril 2020/REUTERS/Jonathan Ernst

Le gouverneur de Géorgie, Brian Kemp, un républicain et allié de Donald Trump, a autorisé la réouverture vendredi des salles de sport, des salons de coiffure, des salles de bowling et des salons de tatouage et de massage, suivis la semaine prochaine par les cinémas et les restaurants.

Donald Trump a dit que la Géorgie ne respectait pas les directives fédérales pour la reprise de l’activité économique, communiquées la semaine dernière par la Maison blanche.

“C’est tout simplement trop tôt (...) Ils peuvent attendre un peu plus, un tout petit peu plus. Parce que la sécurité doit prédominer. Il faut cela”, a dit le président américain lors d’un point de presse quotidien sur le coronavirus.

Il a toutefois exprimé devant les journalistes son optimisme dans la lutte que mènent les Etats-Unis face à l’épidémie, et a dit qu’il se réjouissait de voir d’autres Etats du pays commencer à rouvrir leur économie et assouplir les restrictions.

“Des Etats sont en train de se remettre en marche en sécurité. Notre pays commence à nouveau à être OUVERT. Une attention particulière est et sera toujours donnée à nos bien-aimés seniors (à part moi!)”, avait dit Donald Trump via Twitter plus tôt dans la journée.

Une poignée d’Etats, essentiellement dans le sud des Etats-Unis, ont entrepris d’alléger leurs directives en matière de confinement afin de redémarrer leurs économies brusquement freinées par la crise sanitaire.

Les mesures de confinement ou de restrictions des déplacements prises par différents Etats ou collectivités locales ont affecté environ 94% des Américains.

PRUDENCE EN CALIFORNIE

Cette stratégie de lutte contre l’épidémie a paralysé une partie de l’activité économique, avec notamment des fermetures obligatoires de commerces, et entraîné une flambée du chômage avec plus de 20 millions de chômeurs en plus aux Etats-Unis en à peine un mois.

Le débat fait désormais rage au niveau politique sur le calendrier et les modalités de la levée de ces restrictions pour permettre un redémarrage de l’économie, alors que le nouveau coronavirus a déjà fait plus de 46.000 morts et plus de 815.000 contaminés aux Etats-Unis selon un décompte de Reuters.

Gavin Newsom, le gouverneur démocrate de Californie, a déclaré ne pas envisager à l’heure actuelle une levée des mesures de confinement.

“J’aimerais pouvoir annoncer une date spécifique pour appuyer sur l’interrupteur et retourner à la normale. Nous avons essayé de faire comprendre de manière limpide qu’un tel bouton n’existe pas”, a-t-il dit lors d’un point de presse quotidien, ajoutant ne pas être en mesure dans l’immédiat d’offrir à la population de l’Etat de la “clarté” sur le déconfinement.

Avant que 40 millions de Californiens puissent retourner au travail, dans les écoles et les magasins, il faut être en mesure de procéder à 25.000 tests par jour, a poursuivi le gouverneur.

Au Texas, le gouverneur Greg Abbott qu’il dévoilerait la semaine prochaine un plan de redémarrage général de l’économie de son Etat au cours de la première semaine de mai.

“Ce sera général. Nous voulons faire en sorte d’ouvrir autant d’entreprises que possible”, a dit l’élu républicain sur Fox Business Network. “Cependant, nous voulons faire en sorte de le faire de manière très sûre qui ne déclenche pas une propagation du COVID-19.”

Andrew Cuomo, gouverneur démocrate de New York, a au contraire mis en garde contre une possible “deuxième vague” de contaminations si les restrictions sont levées de manière imprudente. “Ce n’est pas le moment d’agir stupidement”, a-t-il dit. “Davantage de personnes vont mourir si nous ne sommes pas intelligents.”

Lisa Lambert, Susan Heavey, Doina Chiacu et Jeff Mason à Washington, Rich McKay à Atlanta, Maria Caspani à New York, Lisa Shumaker à Chicago et Nathan Layne à Wilton, Connecticut; version française Bertrand Boucey et Jean Terzian

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below