February 27, 2020 / 6:26 AM / a month ago

Fusillade au siège d'un brasseur de Milwaukee, six morts dont le tireur

MILWAUKEE, Wisconsin (Reuters) - Un homme armé a ouvert le feu mercredi dans un bâtiment de la brasserie Molson Coors Beverage de Milwaukee, dans le Wisconsin, tuant cinq employés avant d’être retrouvé mort, a déclaré le chef de la police de la ville.

Un homme armé a ouvert le feu mercredi dans un bâtiment de la brasserie Molson Coors Beverage de Milwaukee, dans le Wisconsin, tuant cinq employés avant d'être retrouvé mort, a déclaré le chef de la police de la ville. /Photo prise le 26 février 2020/REUTERS/Sara Stathas

Selon les enquêteurs, il a retourné son arme contre lui.

Aucune autre personne n’a été blessée dans l’attaque, qui s’est produite aux alentours de 14h00 (20h00 GMT) dans ce complexe composé de plus d’une vingtaine de bâtiments et où travaillent environ 1.400 salariés, a ajouté Alfonso Morales lors d’une conférence de presse.

Le suspect, qui aurait agi seul, était un employé de Molson Coors. Agé de 51 ans, il vivait à Milwaukee. On ignore à ce stade les raisons de son passage à l’acte, qui a trouvé un écho dans la campagne en cours des primaires en vue de la présidentielle du 3 novembre aux Etats-Unis.

Donald Trump a mentionné l’incident lors d’une conférence de presse sur le coronavirus organisée en fin de journée à la Maison blanche. Le président américain a qualifié l’assaillant de “meurtrier pervers” et décrit la violence par arme à feu comme “une chose terrible”.

“Nous sommes de tout coeur avec ces gens du Wisconsin et leurs familles”, a-t-il dit.

D’après le journal Milwaukee Journal Sentinel, le brasseur a annoncé l’automne dernier un projet de fermeture de ses bureaux à Denver, dans le Colorado, et de relocalisation de certains emplois à Milwaukee afin de réduire ses coûts. Ce projet devait entraîner la suppression de 400 à 500 emplois dans les différentes unités du groupe.

UNE “URGENCE DE SANTÉ PUBLIQUE”

La fusillade de Milwaukee, en pleine campagne des primaires démocrates, devrait alimenter les débats sans fin sur le contrôle des armes à feu aux Etats-Unis.

Michael Bloomberg, l’ancien maire milliardaire de New York, a fait de la question un des marqueurs de son action politique en créant notamment l’association Everytown for Gun Safety (ex-Mayors Against Illegal Guns), un groupe de pression militant pour une vérification des antécédents de tout acquéreur d’armes à feu.

Une table ronde sur la question des violences par armes à feu a été programmée par son équipe de campagne ce jeudi à Los Angeles.

Sur CNN, la sénatrice Elizabeth Warren, elle aussi candidate à l’investiture du Parti démocrate, a estimé qu’”il fallait traiter la violence par armes à feu comme l’urgence de santé publique qu’elle est vraiment”.

“L’industrie des armes à feu et la NRA (la National Rifle Association, le lobby du secteur-NDLR) tiennent les rênes à Washington, en lieu et place du peuple américain. C’est purement et simplement de la corruption, et c’est pourquoi combattre la corruption figure tout en haut de mon programme”, a-t-elle ajouté.

Au Texas, Veronica Escobar, représentante démocrate d’El Paso, où un tireur isolé a fait 22 morts et 26 blessés en août dernier dans un supermarché Walmart, a exprimé sa compassion pour les victimes et pour leurs proches. “C’est un rappel tragique de cette horrible épidémie insensée de violences par arme à feu qui ronge notre nation. Nous devons mettre fin à la violence par armes à feu”, a-t-elle ajouté sur Twitter.

D’après le Gun Violence Archive, les Etats-Unis ont été le théâtre l’an dernier de 417 fusillades de masse, un niveau sans précédent depuis 2013, quand cette ONG a commencé à compiler les données sur les violences par armes à feu.

La GVA considère comme fusillade de masse toute fusillade dans laquelle quatre personnes au moins, à l’exclusion du tireur, sont tuées ou blessées par balles.

Milwaukee a par ailleurs été choisie par les démocrates pour accueillir en juillet prochain leur convention nationale à l’issue de laquelle leur candidat pour l’élection présidentielle du 3 novembre sera investi.

Brendan O'Brien, avec Steve Gorman à Los Angeles et Jonathan Allen à New York; version française Jean Terzian et Henri-Pierre André

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below