for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Des étudiants hongkongais commémorent la révolte des campus

Plusieurs dizaines d'étudiants hongkongais ont défilé jeudi dans les allées du campus de l'Université chinoise de Hong Kong (CUHK) pour commémorer les affrontements qui avaient opposé il y a un an sur le site, ainsi que sur le campus de l'Université polytechnique, les jeunes militants prodémocrates à la police. /Photo prise le 13 novembre 2020/REUTERS/Thomas Peter

HONG KONG (Reuters) - Plusieurs dizaines d’étudiants hongkongais ont défilé jeudi dans les allées du campus de l’Université chinoise de Hong Kong (CUHK) pour commémorer les affrontements qui avaient opposé il y a un an sur le site, ainsi que sur le campus de l’Université polytechnique, les jeunes militants prodémocrates à la police.

L’université ayant prévu de la limiter à une cérémonie virtuelle en raison de l’épidémie de coronavirus, les étudiants ont organisé leur propre cérémonie de remise des diplômes, qu’ils ont transformée en marche de protestation.

Ils ont commémoré les événements de novembre 2019 en brandissant des ballons noirs et une banderole où l’on pouvait lire: “Bon diplôme aux émeutiers de la CU”. Certains portaient des masques de Guy Fawkes, symbole international de rébellion.

“Je veux transmettre cet esprit (...) pour que la prochaine génération d’étudiants n’oublie pas ce qu’il s’est passé l’an dernier”, a déclaré Philip, un étudiant en sciences sociales, qui n’a pas souhaité donner son nom de famille.

Il y a un an, les deux campus du CUHK et de l’Université polytechnique ont été le théâtre de heurts prolongés entre les étudiants et la police antiémeute. Le site de la PolyU a été encerclé pendant plus d’une semaine par les forces de l’ordre.

Hong Kong était alors secouée depuis six mois par de vastes manifestations pour défendre le système démocratique en place dans la région chinoise et son autonomie vis-à-vis de la Chine.

L’adoption par Pékin, en juin dernier, d’une loi sécuritaire très sévère en réponse au mouvement de contestation, ainsi que la pandémie de coronavirus, a grandement limité cette année les actions de protestation.

Jessie Pang et Sharon Tam; version française Jean-Stéphane Brosse

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up