for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Crise politique au Danemark après l'abattage de visons contaminés

L'opposition danoise a réclamé mercredi la démission de la Première ministre sociale-démocrate Mette Frederiksen (photo), dans la foulée de celle de sa ministre de l'Agriculture qui a quitté ses fonctions après avoir ordonné illégalement l'abattage de millions de visons contaminés par un variant du coronavirus. /Photo prise le 5 novembre 2020/REUTERS/Ritzau Scanpix/Philip Davali

COPENHAGUE (Reuters) - L’opposition danoise a réclamé mercredi la démission de la Première ministre sociale-démocrate Mette Frederiksen, dans la foulée de celle de sa ministre de l’Agriculture qui a quitté ses fonctions après avoir ordonné illégalement l’abattage de millions de visons contaminés par un variant du coronavirus.

“Je veux que la Première ministre fasse de même”, a déclaré le chef du Parti libéral, Jakob Ellemann-Jensen, après la démission de la ministre de l’Agriculture Mogens Jensen en début de journée. “Je veux que la Première ministre reconnaisse que quand elle fait une erreur, elle en est responsable.”

Mette Frederiksen a présenté des excuses publiques et imputé la responsabilité de cette erreur au ministère de l’Agriculture, mais une enquête gouvernementale rendue publique mercredi a montré que la décision d’abattre les 17 millions de visons d’élevage du pays avait été prise collectivement par le gouvernement.

L’investigation a également démontré qu’avant que Frederiksen annonce à la télévision cet ordre d’abattage le 4 novembre dernier, ses services l’avaient mise en garde contre la légalité de cette décision, prise par précaution sanitaire, le variant du coronavirus s’étant révélé transmissible à l’homme.

Les propriétaires des fermes d’élevage de visons du Danemark, parmi les plus importantes au monde, ont jugé que la décision du gouvernement signait la mort de leur activité.

L’ordre d’abattre les visons a fait baisser la cote de popularité du gouvernement Frederiksen, selon une étude de l’université d’Aarhus qui montre qu’un peu de plus la moitié des Danois faisaient confiance à l’exécutif à la mi-novembre, contre plus de 75% en juillet.

Nikolaj Skydsgaard and Jacob Gronholt-Pedersen; version française Jean-Stéphane Brosse, édité par Jean-Michel Bélot

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up