for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Téhéran estime que Biden peut lever les sanctions US via "trois décrets"

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif (en photo), a déclaré que Téhéran respectera l'ensemble des engagements pris dans le cadre de l'accord de 2015 sur le nucléaire iranien si le président élu des Etats-Unis, Joe Biden, lève les sanctions américaines visant l'Iran, ajoutant que ceci pourrait être fait très rapidement. /Photo prise le 14 août 2020/REUTERS/Dalati Nohra

DUBAI (Reuters) - Le ministre iranien des Affaires étrangères a déclaré que Téhéran respectera l’ensemble des engagements pris dans le cadre de l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien si le président élu des Etats-Unis, Joe Biden, lève les sanctions américaines visant l’Iran, ajoutant que ceci pourrait être fait très rapidement.

“Si M. Biden est disposé à remplir les engagements américains, nous pouvons à notre tour remplir tous nos engagements de l’accord (...) et des négociations sont possibles dans le cadre du P5+1”, a dit Mohammad Javad Zarif, dans un entretien à la presse officielle publié mercredi, en référence aux puissances mondiales signataires de l’accord.

Le président américain sortant Donald Trump a retiré en 2018 les Etats-Unis du Plan d’action global commun (PAGC, ou JCPOA en anglais) signé trois ans plus tôt par son prédécesseur Barack Obama et a rétabli puis amplifié les sanctions américaines contre l’Iran.

Joe Biden, qui fût le vice-président de Barack Obama, a promis de réintégrer le PAGC si l’Iran respectait de nouveau les termes de l’accord.

“Nous sommes prêts à discuter de la manière dont les Etats-Unis peuvent revenir dans l’accord”, a déclaré le chef de la diplomatie iranienne. “La situation va s’améliorer dans les prochains mois. Biden peut lever toutes les sanctions avec trois décrets présidentiels”, a-t-il ajouté.

Des diplomates et des analystes s’attendent à ce qu’un retour des Etats-Unis dans l’accord prenne du temps, notamment du fait de la méfiance mutuelle entre Washington et Téhéran et de la probable volonté des deux camps d’obtenir davantage de concessions de la part de l’autre.

Zarif n’a pas insisté sur une quelconque compensation américaine. “Cela peut être effectué automatiquement, et sans qu’il soit nécessaire de fixer des conditions”, a-t-il déclaré, ajoutant que chaque camp devait respecter les termes de l’accord.

Parisa Hafezi; version française Jean Terzian

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up