for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

USA: Biden nomme Ron Klain, confident de longue date, chef de cabinet

Le président élu des Etats-Unis, Joe Biden, a nommé mercredi l'un des hauts représentants du Parti démocrate, Ron Klain (à gauche), comme son chef de cabinet et assistant. /Photo d'archives/REUTERS/Larry Downing

WILMINGTON, Delaware (Reuters) - Le président élu des Etats-Unis, Joe Biden, a nommé mercredi l’un des hauts représentants du Parti démocrate, Ron Klain, comme son chef de cabinet et assistant.

Ron Klain, 59 ans, est l’un des principaux confidents de Joe Biden, dont il fût un conseiller externe durant la campagne électorale, notamment sur les questions sanitaires.

Il a collaboré pour la première fois avec Biden en 1989 lorsque ce dernier était sénateur puis a été son principal conseiller à la Maison blanche lorsque Biden était le vice-président de Barack Obama.

Fervent détracteur de la gestion par le président républicain sortant Donald Trump de la crise sanitaire du coronavirus, Klain devrait jouer un rôle majeur dans la lutte contre l’épidémie qu’entend mener Joe Biden. Il fût en charge, au sein de l’administration Obama, de la lutte contre le virus Ebola en 2014.

“Ron a été inestimable pour moi durant les nombreuses années pendant lesquelles nous avons travaillé ensemble, notamment lorsque nous avons secouru l’économie américaine de l’une de ses pires récessions en 2009 puis avons par la suite surmonté une effrayante urgence de santé publique en 2014”, a déclaré Joe Biden dans un communiqué.

Ron Klain a pour sa part évoqué l’”honneur de toute une vie” de servir le président élu dans ce rôle. “J’ai hâte de l’aider et d’aider la vice-présidente élue à assembler une équipe talentueuses et diversifiée pour travailler à la Maison blanche.

Joe Biden, qui a réuni samedi suffisamment de voix au Collège électoral pour être nommé président, a commencé à composer sa future administration, quand bien même le président républicain sortant Donald Trump n’a pas concédé la défaite et a engagé des recours devant les tribunaux en dénonçant une fraude.

Trevor Hunnicutt, avec Ted Hesson et Lisa Lambert à Washington; version française Jean Terzian

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up