for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Allemagne: Les mesures de confinement ne seront probablement pas levées avant la fin de l'hiver, estime le ministre de la Santé

Les mesures prises pour enrayer la deuxième vague de l'épidémie ne seront probablement pas levées avant la fin de l'hiver, même si le nombre de contaminations diminue, a estimé jeudi le ministre allemand de la Santé Jens Spahn (en photo) /Photo prise le 3 novembre 2020/REUTERS/Michael Sohn

BERLIN (Reuters) - Les mesures prises pour enrayer la deuxième vague de l’épidémie ne seront probablement pas levées avant la fin de l’hiver, même si le nombre de contaminations diminue, a estimé jeudi le ministre allemand de la Santé Jens Spahn.

“Je ne vois pas des événements avec plus de 10 ou 15 personnes se produire cet hiver”, a-t-il dit à la chaîne RBB.

Le nombre de cas confirmés de contamination au coronavirus en Allemagne a atteint 727.553, soit 21.866 de plus que la veille, selon les données communiquées jeudi par l’Institut Robert Koch (RKI) pour les maladies infectieuses.

L’institut fait par ailleurs état de 215 décès supplémentaires, ce qui porte le bilan à 11.982 morts depuis le début de l’épidémie.

Lothar Wieler, président de l’Institut Robert Koch, a déclaré jeudi qu’il s’attendait à ce que les restrictions visant à ralentir la propagation de la pandémie en Allemagne restent en place pendant un long moment face au risque de propagation incontrôlée dans certaines parties du pays, et le temps nécessaire à la mise au point d’un vaccin.

L’apparent ralentissement de la propagation de l’épidémie donne lieu à un optimisme prudent, car on ne sait pas encore si cela va durer dans le temps. On s’attend toujours à ce que les hôpitaux atteignent leurs capacités maximales de prise en charge, a ajouté Lothar Wieler.

Selon Ute Rexroth, chef de l’unité de surveillance du RKI, le nombre de cas pourrait ne pas augmenter aussi fortement qu’en octobre en raison des nouvelles mesures de confinement, mais cela peut être s’expliquer également par le fait que les laboratoires ont atteint leurs capacités maximales d’analyse.

Sabine Siebold; version française Jean Terzian, Jean-Philippe Lefief et Laura Marchioro, édité par Blandine Hénault

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up