for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

L'Onu annonce un accord politique pour des élections en Libye

Les participants aux négociations sur l'avenir de la Libye sont parvenus à un accord sur la tenue d'élections dans un délai de 18 mois, a annoncé mercredi la représentante spéciale des Nations unies par intérim, qui a salué une "percée" dans un processus de paix toujours confronté à de nombreux obstacles. /Photo prise le 21 septembre 2020/REUTERS/Mike Segar

TUNIS (Reuters) - Les participants aux négociations sur l’avenir de la Libye sont parvenus à un accord sur la tenue d’élections dans un délai de 18 mois, a annoncé mercredi la représentante spéciale des Nations unies par intérim, qui a salué une “percée” dans un processus de paix toujours confronté à de nombreux obstacles.

“Il y a une véritable dynamique et c’est ce sur quoi nous devons nous concentrer et ce que nous devons encourager”, a dit Stephanie Williams au cours d’une conférence de presse à Tunis, où sont réunis depuis lundi 75 acteurs libyens choisis par l’Onu.

L’accord de principe porte sur une feuille de route censée mener à des “élections présidentielle et législatives libres, justes, inclusives et crédibles” avec des étapes permettant d’unifier les institutions libyennes, a-t-elle précisé.

Plongée dans le chaos depuis le renversement et la mort de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est divisée entre le gouvernement d’entente nationale (GEN), basé à Tripoli et reconnu par la communauté internationale, et l’Armée nationale libyenne (ANL) du maréchal Khalifa Haftar, homme fort de l’est du pays.

Les deux camps ont déjà conclu un accord de cessez-le-feu en octobre.

La commission militaire conjointe qu’ils ont créée pour définir les détails de cette trêve doit examiner jeudi des propositions visant à un retrait coordonné de la ligne de front.

A Tunis, les discussions prévues jeudi porteront sur les “prérogatives et compétences” d’un nouveau gouvernement unifié de transition chargé de conduire le pays aux élections, a dit Stephanie Williams.

Ce nouveau gouvernement aura aussi pour mission de remédier rapidement à la dégradation des services publics et à la corruption, deux problèmes à l’origine de manifestations des deux côtés de la ligne de front cet été, a-t-elle ajouté.

La feuille de route pose aussi les jalons pour lancer un processus de réconciliation nationale, créer un système judiciaire de transition et régler le problème des personnes déplacées, a poursuivi l’émissaire de l’Onu.

Angus McDowall; version française Bertrand Boucey

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up