for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Les USA vont sanctionner l'Iran pour la répression violente des manifestations

Les Etats-Unis devraient imposer la semaine prochaine des sanctions contre des représentants iraniens pour leur implication dans la répression violente des manifestations antigouvernementales de l'an dernier en Iran. /Photo prise le 8 novembre 2020/REUTERS/Majid Asgaripour/WANA

WASHINGTON (Reuters) - Les Etats-Unis devraient imposer la semaine prochaine des sanctions contre des représentants iraniens pour leur implication dans la répression violente des manifestations antigouvernementales de l’an dernier en Iran, a-t-on appris lundi de trois sources informées.

L’annonce devrait coïncider avec l’anniversaire de ce qui pourrait avoir été la répression la plus sanglante de manifestations en Iran depuis la révolution islamique de 1979, ont dit les sources.

Une source a déclaré qu’il s’agira d’une mesure majeure, visant plusieurs individus de même que plusieurs dizaines d’entités iraniennes.

“Si cela était confirmé, cela montrera simplement le désespoir d’une administration dont l’hostilité à l’égard du peuple iranien est bien connue”, a déclaré dans un communiqué transmis par courriel Alireza Miryousefi, porte-parole de la mission iranienne auprès des Nations unies, à New York.

Le département d’Etat américain n’a pas répondu à une demande de commentaire.

Environ 1.500 personnes ont été tuées en moins de deux semaines après le début du mouvement de contestation, le 15 novembre 2019, a rapporté par le passé Reuters, citant trois représentants du ministère iranien de l’Intérieur. Le bilan officiel établi par les autorités s’élève à 225 morts.

Les manifestations ont débuté quand la presse officielle iranienne a annoncé une forte hausse du prix de l’essence.

Les sources, parmi lesquelles un représentant américain et deux personnes au fait du dossier, ont indiqué que les sanctions étaient en préparation depuis des mois, dans le cadre d’une longue série de sanctions imposées contre Téhéran par l’administration de Donald Trump.

Plusieurs sources ont minimisé les rumeurs bruissant d’un important flot de sanctions prévues par l’administration Trump contre l’Iran avant que le président élu Joe Biden n’entre à la Maison blanche le 20 janvier prochain.

Humeyra Pamuk, Arshad Mohammed et Matt Spetalnick; version française Jean Terzian

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up