for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

La bataille pour le contrôle du Sénat pourrait durer jusqu'au 5 janvier

En photo, le Capitole des États-Unis. Alors que le dépouillement des bulletins de vote pour l'élection présidentielle aux Etats-Unis était toujours en cours vendredi soir, la bataille pour le contrôle du Sénat, autre enjeu des élections du 3 novembre dernier, pourrait se prolonger elle jusqu'au 5 janvier prochain. /Photo prise le 5 novembre 2020/REUTERS/Erin Scott

WASHINGTON (Reuters) - Alors que le dépouillement des bulletins de vote pour l’élection présidentielle aux Etats-Unis était toujours en cours vendredi soir, la bataille pour le contrôle du Sénat, autre enjeu des élections du 3 novembre dernier, pourrait se prolonger elle jusqu’au 5 janvier prochain.

Sur les 35 sièges remis en jeu à la haute assemblée, 23 étaient détenus par des élus républicains, laissant aux démocrates l’espoir de menacer la courte majorité du parti de Donald Trump (53 voix contre 47 pour l’opposition démocrate et indépendante).

Au vu des résultats partiels et des projections, chacune des deux formations semble d’ores et déjà assurée de décrocher 48 sièges sur les 100 que compte le Sénat.

En Caroline du Nord et en Alaska, les républicains Thom Thillis et Dan Sullivan semblent bien partis pour l’emporter.

Il restera alors les deux sièges en jeu en Géorgie, où, particularité locale, un second tour devrait être nécessaire le 5 janvier, épilogue de cette course au Sénat.

Pour l’un des deux sièges, la sénatrice républicaine sortante Kelly Loeffler affrontera le démocrate Raphael Warnock: pour l’autre, le sortant républicain David Perdue sera défié par le démocrate Jon Ossoff.

Si les deux démocrates l’emportent, le Sénat se retrouvera à égalité parfaite entre les deux camps, la voix prépondérante revenant alors au ou à la vice-présidente, soit Kamala Harris si Joe Biden est élu à la Maison blanche, soit Mike Pence si Donald Trump venait à l’emporter.

A l’inverse, un seul succès en Georgie suffirait aux républicains pour conserver leur majorité. Dans l’éventualité d’une victoire de Biden, cette issue pourrait compliquer sa tâche, notamment sur les questions liées à la santé et à la lutte contre le changement climatique.

David Morgan; version française Camille Raynaud, édité par Henri-Pierre André

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up