for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Les USA sanctionnent le dirigeant chrétien libanais Gebran Bassil

Les Etats-Unis ont imposé vendredi des sanctions contre Gebran Bassil (photo), chef chrétien du Courant patriotique libre au Liban et gendre du président Michel Aoun, pour corruption et liens avec le Hezbollah chiite. /Photo prise le 22 octobre 2020/REUTERS/Mohamed Azakir

WASHINGTON (Reuters) - Les Etats-Unis ont imposé vendredi des sanctions contre Gebran Bassil, chef chrétien du Courant patriotique libre au Liban et gendre du président Michel Aoun, pour corruption et liens avec le Hezbollah chiite.

Washington a multiplié les sanctions ces dernières semaines contre des responsables libanais, généralement en raison de leurs liens avec le Hezbollah, mouvement soutenu par l’Iran, alors que le Liban est plongé dans une profonde crise économique, sociale et politique.

Le département américain du Trésor a accusé Gebran Bassil d’être “à la pointe de la corruption au Liban”.

“La corruption systémique du système politique libanais dont Bassil est l’illustration a contribué à saper les fondations d’un gouvernement efficace au service du peuple libanais”, a déclaré le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, cité dans un communiqué.

Les sanctions portent sur un gel des avoirs aux Etats-Unis et une interdiction d’entrée sur le territoire américain. Elles interdisent aussi à tout Américain d’entretenir des relations commerciales ou économiques avec Gebran Bassil.

Ce dernier, ancien ministre des Affaires étrangères, est le chef du Courant patriotique libre, principale formation chrétienne au Liban, alliée du Hezbollah.

Ces sanctions pourraient compliquer les efforts du Premier ministre désigné Saad Hariri pour former un nouveau gouvernement malgré les pressions de la communauté internationale, notamment de la France, pour la mise en oeuvre de réformes jugées essentielles au déblocage d’une aide pour le pays.

Sur Twitter, le gendre de Michel Aoun a dit ne pas craindre ces sanctions et ne pas avoir été “tenté par des promesses”.

Humeyra Pamuk et Matt Spetalnick, avec Ghaida Ghantous et Samia Nakhoul à Beyrouth; version française Bertrand Boucey

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up