for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Le Danemark dénombre 214 contaminations aux coronavirus mutants liés au vison

L'agence danoise des maladies infectieuses a dit vendredi avoir décelé des variantes du coronavirus imputées au vison sur 214 personnes, selon des chiffres publiés sur son site internet. /Photo prise le 8 octobre 2020/REUTERS/Ritzau Scanpix/Henning Bagger

COPENHAGUE/GENEVE (Reuters) - L’agence danoise des maladies infectieuses a dit vendredi avoir décelé des variantes du coronavirus imputées au vison sur 214 personnes, selon des chiffres publiés sur son site internet.

Une souche de ces coronavirus mutants a été détectée sur 12 personnes et dans cinq élevages de visons, est-il précisé.

L’hypothèse d’une mutation du coronavirus au Danemark a conduit les autorités britanniques à retirer le pays de la liste des destinations sûres.

Toute personne arrivant sur le territoire du Royaume-Uni devra s’isoler pendant 14 jours, a annoncé dans la nuit de jeudi à vendredi le secrétaire au Transport Grant Shapps.

Au Danemark, le risque de propagation de ces variantes du coronavirus a conduit les autorités à ordonner l’abattage de tout le cheptel local de visons et à imposer des nouvelles mesures de restrictions dans le nord du pays.

Réagissant aux inquiétudes sur une mutation du virus qui pourrait affecter l’efficacité d’un futur vaccin contre le coronavirus, l’OMS a invité à la prudence.

“Nous devons attendre, ne tirer aucune conclusion sur le fait que la mutation du virus en lien avec le vison affectera l’efficacité des vaccins”, a expliqué Mike Ryan, directeur exécutif de l’OMS chargé de la gestion des situations d’urgence sanitaire.

Sa collègue, Maria van Kerkhove, responsable technique de l’OMS pour le COVID-19, a dit pour sa part que l’organisation étudiait la situation dans les pays pratiquant des élevages de visons.

“La transmission du virus entre les animaux et les humains est un sujet d’inquiétude”, a-t-elle souligné, ajoutant cependant que le risque est beaucoup plus faible chez les animaux autres que le vison.

Nikolaj Skydsgaard et Jacob Gronholt-Pedersen; avec Emma Farge et Kate Kelland; version française Nicolas Delame et Claude Chendjou, édité par Blandine Hénault

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up