for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Coronavirus: Des mesures drastiques nécessaires pour contrôler l'épidémie en Espagne, selon Salvador Illa

L'Espagne a besoin de prendre des mesures drastiques face à la nouvelle vague de l'épidémie de coronavirus qui est hors de contrôle et le pays envisage des nouvelles restrictions dont des couvre-feux, a déclaré jeudi le ministre espagnol de la Santé, Salvador Illa (en photo). /Photo d'archives/REUTERS/Susana Vera

MADRID (Reuters) - L’Espagne a besoin de prendre des mesures drastiques face à la nouvelle vague de l’épidémie de coronavirus qui est hors de contrôle et le pays envisage des nouvelles restrictions dont des couvre-feux, a déclaré jeudi le ministre espagnol de la Santé, Salvador Illa.

Il tiendra jeudi après-midi une réunion par vidéoconférence avec des responsables régionaux de la santé pour trouver un accord sur plusieurs mesures. Mercredi, l’Espagne est devenu le premier pays en Europe de l’Ouest à avoir enregistré plus d’un million de contaminations au coronavirus.

“J’insiste sur la mise en place de mesures drastiques, comme plusieurs régions sont en train de faire,” a-t-il dit. Certaines régions se sont prononcées en faveur de couvre-feux localisés comme ceux qui ont été mis en place en France et dans d’autres pays européens avec un taux d’infections plus bas, a-t-il ajouté.

Cherchant à tout prix à éviter des effets similaires à ceux de la première vague, lors de laquelle le virus avait fait des ravages sur la population âgée du pays et mis les services sanitaires à genoux, plusieurs régions ont déjà pris des précautions, obligeant les restaurants à fermer plus tôt que d’habitude.

Avec un confinement de deux semaines à Madrid et dans les villes environnantes qui touche à sa fin vendredi alors que le taux de contamination est en hausse, il est nécessaire de faire plus, a dit Illa.

“Nous allons vers l’hiver, une saison pendant laquelle la plupart des activités se font à l’intérieur, ce qui augmente les probabilités de contamination. Nous ne pouvons pas baisser la garde,” a-t-il affirmé.

“L’horizon dont nous avons discuté avec les experts du ministère et des collègues européens est de cinq à six mois très difficiles”.

Alors que les décès quotidiens oscillent ces derniers temps autour de 100, loin du record de presque 900 morts par jour enregistrés fin mars, les admissions à l’hôpital ont augmenté de 20% dans l’ensemble du pays, entraînant un ajournement possible de certaines opérations chirurgicales non-urgentes.

Inti Landauro, version française Flora Gomez, édité par Blandine Hénault

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up