for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Un policier tué lors de violences post-électorales en Guinée

Un policier guinéen a été tué mercredi à Conakry lors de heurts avec des partisans de l'opposition, après l'annonce des résultats du premier tour de l'élection présidentielle de dimanche, qui donnent le chef de l'Etat sortant Alpha Condé en tête. /Photo prise le 21 octobre 2020/REUTERS/Souleiman Camara

CONAKRY (Reuters) - Un policier guinéen a été tué mercredi à Conakry lors de heurts avec des partisans de l’opposition, après l’annonce des résultats du premier tour de l’élection présidentielle de dimanche, qui donnent le chef de l’Etat sortant Alpha Condé en tête.

Les partisans de Cellou Dalein Diallo, principal adversaire du président qui a revendiqué la victoire sur la base d’un décompte effectué par son parti, ont mis le feu à des barricades avant d’être dispersés à l’aide de gaz lacrymogène.

“Des affrontements ont éclaté sur la route Le Prince. Un policier a été tué”, a déclaré à Reuters le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Damantang Albert Camara. Il s’agit au moins du sixième décès depuis le scrutin.

La décision d’Alpha Condé, qui est âgé de 82 ans, de briguer un troisième mandat a donné lieu tout au long de l’année à des manifestations qui ont fait plusieurs dizaines de morts.

Le chef d’Etat considère que la réforme constitutionnelle adoptée par référendum en mars dernier l’autorise à le faire, ce que contestent ses opposants.

Saliou Samb, version française Olivier Cherfan

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up