for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Brexit: Londres se dit "bien préparé" pour une rupture sans accord

Le Royaume-Uni est de "mieux en mieux préparé" à une sortie de l'Union européenne sans accord sur la relation future entre les deux blocs, a déclaré dimanche le ministre britannique chargé de superviser les questions relatives au Brexit, Michael Gove (en photo), en écho aux propos du Premier ministre britannique Boris Johnson. /Photo prise le 18 octobre 2020/REUTERS/Jeff Overs/BBC

(Reuters) - Le Royaume-Uni est de “mieux en mieux préparé” à une sortie de l’Union européenne sans accord sur la relation future entre les deux blocs, a déclaré dimanche le ministre britannique chargé de superviser les questions relatives au Brexit, en écho aux propos du Premier ministre britannique Boris Johnson.

Dans une tribune publiée par le Sunday Times, Michael Gove écrit qu’un “no-deal” n’est pas la solution qu’il privilégie, mais ajoute: “Si le choix est entre des arrangements qui nous lient les mains indéfiniment ou une possibilité de décider de notre propre futur, alors il n’y a pas à choisir.”

“Nous sommes de mieux en mieux préparés” à quitter l’UE avec une solution “à l’australienne”, poursuit-il, en référence aux relations entre l’Australie et le bloc communautaire qui ne s’appuient sur aucun accord de libre-échange bilatéral étendu.

Alors que les négociations entre Londres et Bruxelles ont peu avancé, à l’approche de la fin de la période de transition le 31 décembre au soir, Boris Johnson a déclaré vendredi qu’il était temps de se préparer à une rupture sans accord, à moins d’un changement radical de la position de l’UE.

“Il va falloir un changement fondamental dans l’attitude et la politique de l’UE pour remettre les choses sur la bonne voie”, écrit Gove dans le journal dominical.

“En l’état, (un accord de libre-échange) n’arrivera pas, et la décision de l’UE lors du sommet de la semaine dernière a, de fait, mis fin à ces négociations commerciales”, déclare-t-il en référence au sommet à l’issue duquel les dirigeants des Vingt-Sept ont rejeté sur le Royaume-Uni la responsabilité de faire sortir de l’impasse les négociations.

Kanishka Singh à Bangalore; version française Jean Terzian

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up