for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Brexit: L'UE se donne deux semaines de plus, dit Macron

BRUXELLES (Reuters) - Les pays membres de l’Union européenne ont donné leur feu vert à une poursuite des discussions entre l’UE et le Royaume-Uni sur le Brexit pendant encore deux semaines, a déclaré vendredi Emmanuel Macron, même si Londres affirme que les négociations n’ont plus lieu d’être si Bruxelles ne change pas de position.

Les pays membres de l'Union européenne ont donné leur feu vert à une poursuite des discussions entre l'UE et le Royaume-Uni sur le Brexit pendant encore deux semaines, a déclaré vendredi Emmanuel Macron, même si Londres affirme que les négociations n'ont plus lieu d'être si Bruxelles ne change pas de position. /Photo d'archives/REUTERS/Jon Nazca

Lors d’un point de presse, le président français a souligné que les discussions avec Londres n’achoppaient pas uniquement sur la question de la pêche mais sur tous les sujets.

“L’état de nos discussions n’est pas que nous serions en train d’achopper sur la pêche, ce qui est l’argument tactique des Britanniques, mais nous achoppons sur tout”, a-t-il dit, évoquant notamment les règles de libre concurrence.

“La pêche est un sujet qui est utilisé tactiquement par les Britanniques parce qu’en cas de no-deal, c’est le seul sujet sur lequel Boris Johnson peut dire ‘j’ai gagné’”, a-t-il complété.

Le chef du gouvernement britannique a déclaré vendredi que Londres devait se préparer à une sortie de l’UE le 1er janvier sans accord sur les futures relations entre les deux parties, mais de sources européennes à Bruxelles, on estime qu’il s’agit avant tout de rhétorique et que les négociations se poursuivent.

La France est en première ligne sur le dossier de la pêche qui, avec la libre concurrence - dont les aides d’Etat - et la gouvernance - dont les mécanismes de règlement des litiges - sont les principaux sujets de litige entre Bruxelles et Londres.

“Est-ce que la situation sera la même qu’aujourd’hui ? Non, nos pêcheurs le savent, nous aurons à les accompagner. Est-ce que nous pouvons accepter un Brexit qui sacrifie nos pêcheurs ? Non, à coup sûr non plus”, a déclare Emmanuel Macron.

“Un accord sérieux est un accord qui permettra de prévoir dans la durée l’accès de nos pêcheurs aux eaux britanniques.”

“Cela représente environ 750 millions d’euros, l’accès de tous nos pêcheurs aux eaux britanniques. (...) A côté de ça, nous allons mettre la discussion sur l’énergie par exemple, parce qu’aujourd’hui, l’accès au marché unique de l’énergie européen, ça a une valeur économique pour les Britanniques qui est entre 700 millions d’euros et deux milliards et demi. C’est ça la réalité.”

“Les dirigeants souverains des Vingt-Sept n’ont pas vocation à rendre heureux le Premier ministre de Grande-Bretagne”, a encore déclaré Emmanuel Macron.

Jean-Michel Bélot et Jean-Stéphane Brosse

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up