for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Dentsu impliqué dans les Jeux de Tokyo 2020, enquête sur un potentiel conflit d'intérêt

TOKYO/NEW YORK (Reuters) - Dentsu Inc a fait un don de plus de six millions de dollars pour soutenir la candidature victorieuse de Tokyo pour l’organisation des Jeux Olympiques (JO) de 2020, selon des relevés bancaires consultés par Reuters, et a fait du lobbying auprès des membres du Comité international olympique au nom de la ville, selon trois personnes impliquées dans le lobbying.

Dentsu Inc a fait un don de plus de six millions de dollars pour soutenir la candidature victorieuse de Tokyo pour l'organisation des Jeux Olympiques (JO) de 2020, selon des relevés bancaires consultés par Reuters, et a fait du lobbying auprès des membres du Comité international olympique au nom de la ville, selon trois personnes impliquées dans le lobbying. /Photo prise le 14 octobre 2020/REUTERS/Kim Kyung-Hoon

Ces activités sont à la source de potentiels risques de conflit d’intérêts pour l’agence publicitaire japonaise, attributaire exclusif des droits commerciaux des JO.

D’après trois personnes impliquées dans les démarches de lobbying et les relevés bancaires consultés par Reuters, Dentsu aurait fait don de plus de 6,2 millions de dollars (5,3 millions d’euros) à Tokyo.

Dans une déclaration adressée à Reuters, la société a confirmé le versement mais pas le montant.

“Nous avons fait une donation en réponse à une demande de soutien du comité de candidature, après un processus interne approprié”, a précisé la société.

L’agence aurait également appuyé, selon les transcriptions des entretiens fournies aux enquêteurs du Comité National Olympique (CNO) du Japon, le recrutement du consultant singapourien Tan Tong Han, soupçonné par les procureurs français d’avoir joué un rôle dans la corruption d’électeurs olympiques en 2013.

Dentsu a jusqu’à présent minimisé son implication dans la campagne des Jeux de Tokyo. Kiyoshi Nakamura, l’un de ses cadres supérieurs, a affirmé que l’agence japonaise, partie de Dentsu Group, collaborait déjà avec le CIO au moment du dépôt de la candidature de Tokyo. Elle était de ce fait soumise au code de conduite de l’organisation qui stipule que ses sponsors et partenaires marketing de premier rang doivent “s’abstenir de soutenir ou de promouvoir l’une des villes (en lice)”.

Le CIO se serait néanmoins montré compréhensif sur le rôle de Dentsu dans la campagne en faveur de Tokyo, lui demandant seulement de faire preuve de discrétion, d’après l’entretien retranscrit de ce cadre avec les enquêteurs du CNO.

Le CIO a refusé de commenter l’existence d’un éventuel conflit d’intérêts dans la campagne olympique, indiquant toutefois qu’elle coopérait avec les procureurs français.

“CE TYPE EST TRÈS BON”

Le soutien direct apporté par Dentsu à la candidature de Tokyo pour accueillir les JO lui a permis de collecter, au nom de la cause japonaise, plus de 3 milliards de dollars (2,56 milliards d’euros) auprès de sponsors, incluant d’importantes commissions sur un montant record, selon le CIO.

Dans un rapport final rendu public en septembre 2016, les enquêteurs du CNO n’ont noté aucun acte répréhensible de la part de Dentsu.

Les transcriptions des entretiens, entre autres dossiers, n’ont jamais été communiquées aux responsables de l’enquête en France. Tsunekazu Takeda, l’ancien dirigeant du comité de candidature de Tokyo, a été mis en examen en décembre dernier à Paris suivant l’embauche de Tan Tong Han, selon une source judiciaire française. Son avocat, Stéphane Bonifassi, a déclaré que Tsunekazu Takeda avait nié les accusations.

Parmi les lobbyistes qui ont fait pression sur les membres du CIO, Haruyuki Takahashi aurait été payé 8,2 millions de dollars (7,0 millions d’euros) par le comité, montrent des documents financiers que Reuters a pu consulter plus tôt dans l’année.

Celui-ci a déclaré que Kiyoshi Nakamura, dont il était alors le patron, était chargé d’obtenir le soutien de Julio Cesar Maglione, président de la Fédération internationale de natation (FINA), et de l’ancien sauteur à la perche Sergueï Bubka, vice-président de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF).

D’après deux sources proches de l’enquête française, qui s’intéresse de près au recrutement de Tan Tong Han, les 2,3 millions de dollars (2,0 millions d’euros) versés au consultant par le comité de campagne de Tokyo pourraient avoir été envoyés à Papa Massata Diack, fils de l’un des membres du CIO, pour l’achat de votes en faveur du Japon.

Dans une affaire distincte, Lamine Diack a été condamné par la justice française le 16 septembre dernier à quatre ans de prison dont deux avec sursis et 500.000 euros d’amende pour corruption.

Selon la transcription de son entretien, Kohei Torita, adjoint à Nobumoto Higuchi, qui est à l’époque secrétaire général de Tokyo 2020, a déclaré aux enquêteurs au sujet de Tan Tong Han : “Nous voulions (l’embaucher) après que M. Nakamura nous a dit ‘ce type est très bon’”. Dans une déclaration commune, les deux responsables de la candidature de Tokyo aux JO ont affirmé que la relation entre Dentsu et le comité était appropriée, l’agence publicitaire ne jouant qu’un rôle d’intermédiaire.

À la fin des mois de juillet et octobre 2013, Tsunekazu Takeda a approuvé deux virements au cabinet de consultants désormais disparu Black Tidings, la société de Tan Tong Han basée à Singapour, pour un montant global d’environ deux millions de dollars (1,7 million d’euros), d’après les relevés bancaires consultés par Reuters.

Kohei Torita, qui a créé le contrat de paiement daté du 4 octobre 2013, a précisé aux enquêteurs du CNO qu’il s’agissait d’une “commission de succès” après la victoire de la capitale japonaise à l’issue de la campagne.

Les Jeux olympiques de Tokyo, repoussés d’un an à cause de la pandémie de coronavirus, devraient avoir lieu du 23 juillet au 8 août 2021.

Avec la contribution de Gabrielle Tétrault-Farbe; version française Juliette Portala, édité par Jean-Michel Bélot

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up