for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Yemen: Début du processus d'échange de 1.000 prisonniers

Des avions transportant des prisonniers échangés par les belligérants ont décollé de trois aéroports jeudi lors d'une opération qui a pour but de rapatrier environ 1.000 hommes au total, a déclaré le Comité international de la Croix-Rouge (CICR). /Photo prise le 15 octobre 2020/REUTERS/Khaled Abdullah

SANAA/GENEVE (Reuters) - Des avions transportant des prisonniers échangés par les belligérants ont décollé de trois aéroports jeudi lors d’une opération qui a pour but de rapatrier environ 1.000 hommes au total, a déclaré le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Le mois dernier, la coalition militaire dirigée par l’Arabie saoudite et les rebelles chiites Houthis du Yémen ont trouvé un accord en Suisse pour procéder à l’échange de 1.081 prisonniers, dont 15 Saoudiens, le plus important depuis le début en décembre 2018 des négociations de paix, qui sont depuis au point mort.

Deux avions transportant des membres libérés de la coalition menée par l’Arabie saoudite ont décollé de l’aéroport de Sanaa, la capitale qui se trouve sous l’emprise des Houthis, a dit à Reuters un témoin. L’autre avion est parti vers l’aéroport de Sayoun dans la région d’Hadramout, contrôlée par le gouvernement.

Un autre témoin et des sources ont dit à Reuters qu’un avion transportant des Houthis libérés par la coalition était parti de Sayoun et qu’un deuxième était arrivé en Arabie Saoudite en provenance d’Abha.

Dans un message relayé plus tard sur Twitter, le CICR a dit que cinq avions au total étaient partis de Sayoun, Sanaa et Abha.

Aux termes de l’accord trouvé, qui fait partie d’une série de mesures visant à relancer les négociations de paix, la guérilla Houthie soutenue par l’Iran s’engage à libérer environ 400 personnes dont 15 soldats saoudiens et 4 Soudanais, pendant que la coalition devrait libérer 681 combattants Houthis.

L’envoyé de l’ONU au Yémen, Martin Griffiths, a dit dans un communiqué espérer que les parties reprendraient leurs discussions sous les auspices des Nations Unies pour négocier la libération de tous les détenus et prisonniers de guerre.

Khaled Abdullah et Stephanie Nebehay, version française Flora Gomez, édité par Jean-Michel Bélot

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up