for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Le conflit du Haut-Karabakh perdurera si la Turquie ne bouge pas, dit Pachinian

Seul un changement de position de la Turquie pourrait inciter l'Azerbaïdjan à cesser les combats contre les forces séparatistes arméniennes dans l'enclave du Haut-Karabakh, a estimé mardi le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian (photo), dans une interview à Reuters. /Photo prise le 27 septembre 2020/REUTERS/Bureau de presse du gouvernement arménien

EREVAN (Reuters) - Seul un changement de position de la Turquie pourrait inciter l’Azerbaïdjan à cesser les combats contre les forces séparatistes arméniennes dans l’enclave du Haut-Karabakh, a estimé mardi le Premier ministre arménien, Nikol Pachinian, dans une interview à Reuters.

Les affrontements qui ont éclaté le 27 septembre dernier dans ce territoire azerbaïdjanais peuplé majoritairement d’Arméniens se poursuivent malgré l’entrée en vigueur d’un cessez-le-feu humanitaire samedi à la mi-journée, les deux camps s’accusant mutuellement de violer la trêve.

“Je suis convaincu que tant que la position de la Turquie restera inchangée, l’Azerbaïdjan ne cessera pas les combats”, a déclaré Nikol Pachinian, interrogé dans sa résidence officielle à Erevan.

Selon le Premier ministre arménien, la Turquie, qui réclame de prendre part aux efforts de médiation internationaux, ce qu’Erevan refuse, a des visées expansionnistes dans le sud du Caucase et sabote sciemment la trêve en cours.

Ankara a déclaré publiquement avant les négociations organisées par Moscou pour obtenir un cessez-le-feu que l’Azerbaïdjan devait poursuivre les combats, et le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, l’a redit au téléphone à son homologue azerbaïdjanais, Jeyhun Bayramov, après l’annonce d’une trêve, accuse le chef du gouvernement arménien.

“La Turquie est entrée dans le Caucase du Sud pour poursuivre la politique qu’elle mène en Méditerranée contre la Grèce et Chypre, ou en Libye, ou en Syrie, ou en Irak”, a-t-il dit.

Cette politique “expansionniste”, a-t-il ajouté, pourrait enflammer toute la région : “L’ensemble du Caucase du Sud deviendra la Syrie et le feu se propagera rapidement vers le nord et le sud.”

Avec Andrew Osborn, version française Jean-Stéphane Brosse

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up