for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Kirghizistan: Etat d'urgence à Bichkek, l'armée chargée de ramener l'ordre

Le président du Kirghizistan, Sooronbaï Jeenbekov (en photo), a proclamé vendredi l'état d'urgence à Bichkek et ordonné à l'armée de rétablir l'ordre dans la capitale, après des affrontements en pleine rue entre partisans de camps politiques opposés. /Photo prise le 4 octobre 2020/Kyrgyz Presidential Press Service/REUTERS/Sultan Dosaliev/

ALMATY (Reuters) - Le président du Kirghizistan, Sooronbaï Jeenbekov, a proclamé vendredi l’état d’urgence à Bichkek et ordonné à l’armée de rétablir l’ordre dans la capitale, après des affrontements en pleine rue entre partisans de camps politiques opposés.

Face aux manifestations violentes qui ont éclaté dans le pays après les élections législatives de dimanche, dont les résultats, contestés, ont depuis été annulés, la présidence kirghize a annoncé qu’un couvre-feu et des restrictions strictes entreraient en vigueur à partir de 20 heures vendredi jusqu’au 21 octobre.

Elle a précisé que les soldats déployés dans les rues, dont le nombre n’a pas été précisé, avaient reçu pour ordre de “reprendre le contrôle de la situation”, en installant des points de contrôle et en empêchant des affrontements armés notamment.

Plus tôt dans la journée, Sooronbaï Jeenbekov s’était dit prêt à quitter ses fonctions une fois qu’un nouveau gouvernement serait nommé, afin de mettre fin à l’instabilité politique dans le pays de 6,5 millions d’habitants, frontalier de la Chine et dans lequel l’armée russe dispose d’une base.

Deux personnalités de l’opposition sont parvenues vendredi à un accord pour unir leurs forces, avec le soutien de l’ancien président Almazbek Atambayev. Tilek Toktogaziyev et Ömürbek Babanov, candidats à la fonction de Premier ministre, ont convenu vendredi que le premier deviendrait vice-Premier ministre du second.

Ils ont reçu le soutien de quatre des 11 partis d’opposition, a rapporté le site d’information 24.kz.

Des échauffourées ont toutefois eu lieu entre les milliers de partisans rassemblés en faveur des deux candidats et certains des soutiens de leur rival Sadyr Zhaparov.

Cette nouvelle crise politique au Kirghizistan met à l’épreuve l’influence du Kremlin sur l’ancien empire soviétique, déjà confronté au conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan et la révolte en Biélorussie.

Version française Jean Terzian et Juliette Portala

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up