for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Divisés, les Vingt-Sept examinent la révision du pacte migratoire

Les Vingt-Sept ont entamé jeudi des pourparlers sur le projet de réforme de la politique migratoire proposé par la Commission européenne, cinq ans après la crise de 2015 qui a vu les Européens se déchirer. /Photo prise le 21 août 2020/REUTERS/Yves Herman

BRUXELLES (Reuters) - Les Vingt-Sept ont entamé jeudi des pourparlers sur le projet de réforme de la politique migratoire proposé par la Commission européenne, cinq ans après la crise de 2015 qui a vu les Européens se déchirer.

Rassemblés par visioconférence, les ministres de l’Intérieur du bloc ont pour la première fois eu l’occasion de discuter du plan proposé le mois dernier par l’exécutif européen, qui souhaite introduire un “mécanisme de solidarité obligatoire” contraignant chaque état de l’Union européenne (UE) à accueillir des réfugiés sur son territoire.

La Hongrie et les autres pays du groupe de Visegrad avaient alors rapidement fait savoir qu’ils continueraient à refuser de recevoir des demandeurs d’asile pour soulager d’autres pays membres.

En 2015, plus d’un million de personnes, poussées notamment à l’exode par les conflits en Syrie ou en Afghanistan, avaient frappé aux portes de l’UE. Aujourd’hui, le bloc accueille chaque année jusqu’à 1,5 million d’étrangers venant vivre et travailler légalement en Europe. Seulement 140.000 demandeurs d’asile arrivent par des filières clandestines.

“Notre objectif est que l’Europe se concentre sur ceux qui ont besoin de protection, ce qui inclut évidemment (les réfugiés) qui fuient la guerre civile”, a déclaré à la presse Horst Seehofer, le ministre fédéral allemand de l’Intérieur.

“Mais nous voulons aussi maintenir l’ordre, ce qui signifie qu’à l’avenir, nous ne laisserons pas entrer autant de personnes qui n’ont en réalité pas besoin de protection”, a-t-il ajouté avant le début de la visioconférence.

L’Allemagne souhaite parvenir à un accord entre les gouvernements et les institutions de l’UE sur le nouveau régime migratoire d’ici la fin de l’année. Le processus pourrait néanmoins prendre plus de temps.

Jan Strupczewski, avec la contribution de Thomas Escritt; version française Juliette Portala, édité par Jean-Stéphane Brosse

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up