for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Hong Kong a retrouvé sa stabilité, assure Carrie Lam

La cheffe de l'exécutif hongkongais s'est félicitée jeudi du "rétablissement de la stabilité", à l'occasion de la fête nationale chinoise, pour laquelle un important dispositif policier a été déployé en prévision d'une manifestation interdite. /Photo prise le 1er octobre 2020/REUTERS/Lam Yik

HONG KONG (Reuters) - La cheffe de l’exécutif hongkongais s’est félicitée jeudi du “rétablissement de la stabilité”, à l’occasion de la fête nationale chinoise, pour laquelle un important dispositif policier a été déployé en prévision d’une manifestation interdite.

Les militants démocrates avaient l’intention de défiler pour réclamer l’abrogation de la loi sur la sécurité nationale adoptée le 30 juin et obtenir la remise en liberté de douze Hongkongais arrêtés en août alors qu’ils tentaient de se rendre à Taiwan.

“Au cours des trois derniers mois, le fait est - c’est évident - que la stabilité a été rétablie dans la société, tandis que la sécurité nationale a été préservée et que notre peuple peut continuer à jouir de ses droits et libertés fondamentales”, a déclaré Carrie Lam.

Tandis qu’elle s’exprimait, des policiers en tenue anti-émeute déployés en nombre ont été vus procédant à une cinquantaine d’arrestations et à des contrôles sur le parcours de la manifestation, entre le quartier commerçant de Causeway Bay et celui de l’Amirauté, où la mobilisation semblait modeste.

La veille au soir, les forces de l’ordre avaient fait état de cinq interpellations pour incitation à participer à des rassemblements interdits en ligne.

Selon le South China Morning Post, qui cite des sources non identifiées, 6.000 policiers devaient être mobilisés ce jeudi.

Très suivies et souvent violentes l’an dernier, les manifestations démocrates ont été plus modestes et moins fréquentes cette année du fait des mesures de lutte contre l’épidémie de coronavirus et de la nouvelle loi sur la sécurité nationale imposée par Pékin dans l’ancienne colonie britannique.

La police a refusé d’accorder une autorisation de rassemblement au Front civique des droits de l’homme, le groupe à l’origine des vastes manifestations de l’an dernier, des appels à protester ont été relayés sur les réseaux sociaux.

Yanni Chow, Carol Mang, Pak Yiu et Joyce Zhou; version française Jean Terzian et Jean-Philippe Lefief, édité par Henri-Pierre André

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up