for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

L'UE veut convaincre Chypre d'approuver les sanctions contre la Biélorussie

Les chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne vont tenter jeudi de mettre fin à l'impasse sur la question des sanctions contre la Biélorussie en réglant un litige distinct concernant la Turquie. /Photo prise le 21 août 2020/REUTERS/Yves Herman

BRUXELLES (Reuters) - Les chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne vont tenter jeudi de mettre fin à l’impasse sur la question des sanctions contre la Biélorussie en réglant un litige distinct concernant la Turquie, une situation qui a mis en exergue la paralysie du bloc dans sa prise de décisions commune.

Réunis à Bruxelles pour un sommet de deux jours, les dirigeants européens devraient confronter Chypre, l’un des plus petits membres de l’UE, qui est accusé de bloquer l’imposition de sanctions économiques contre la Biélorussie en raison d’une querelle distincte avec la Turquie ayant alimenté les tensions en Méditerranée orientale.

Bruxelles a promis de sanctionner Minsk après l’élection présidentielle du 9 août que les puissances occidentales et l’opposition biélorusse considèrent frauduleuse.

L’impasse des dernières semaines a nui à la crédibilité de l’UE où la prise de décision est basée sur le consensus, ont déclaré des diplomates, alors que la Grande-Bretagne et le Canada ont eux sanctionné Minsk afin d’afficher leur soutien aux manifestants pro-démocratie.

“Nous nous attendons à ce que (le sommet) soit le point de bascule pour une décision sur les sanctions contre les autorités de la Biélorussie”, a déclaré le président lituanien Gitanas Nauseda. La principale figure de l’opposition biélorusse, Svetlana Tsikhanouskaïa, s’est réfugiée à Vilnius dans la foulée du scrutin.

Pour donner son feu vert, Chypre attend que le bloc communautaire impose aussi des sanctions contre la Turquie, son voisin, pour les travaux que celle-ci mène en Méditerranée.

Des représentants chypriotes ont invoqué un accord convenu en août entre les ministres européens des Affaires étrangères prévoyant que des sanctions soient approuvées simultanément contre la Biélorussie et la Turquie.

La relation entre Bruxelles et Ankara est devenue l’une des plus épineuses en matière de politique étrangère commune, alors que la France privilégie une approche ferme et que l’Allemagne pousse pour un dialogue.

Selon des diplomates, la solution pourrait venir d’un compromis avec Chypre prévoyant l’imposition ultérieure de sanctions contre la Turquie. “L’idée est de menacer la Turquie de mesures de représailles si elle continue ses forages et ses autres provocations dans les eaux chypriotes et grecques”, a dit un haut diplomate européen.

avec Philip Blenkinson, Jan Strupczewski et Sabine Siebold; version française Jean Terzian

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up