for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
À la une

Charles Michel voit dans le Brexit un "arc d'instabilité" autour du bloc

Le Brexit fait partie de l'"arc d'instabilité" qui a émergé autour de l'Union européenne, a déclaré lundi le président du Conseil européen Charles Michel. /Photo prise le 19 août 2020/REUTERS/Olivier Hoslet

BRUXELLES (Reuters) - Le Brexit fait partie de l’”arc d’instabilité” qui a émergé autour de l’Union européenne, a déclaré lundi le président du Conseil européen Charles Michel qui range la décision des Britanniques de sortir du bloc dans la même catégorie des menaces que celles en provenance de la Turquie, de la Russie, de la Libye et de la Syrie.

“Un arc d’instabilité s’est développé tout autour de nous”, a-t-il dit lors d’une conférence en ligne du groupe de réflexion Bruegel,

“Le résultat (du Brexit) a secoué l’Union européenne. Ce choix (...) a été ressenti comme un échec de la construction européenne”, a-t-il ajouté.

“La vérité est que les Britanniques sont confrontés à un dilemme. Quel modèle de société veulent-ils ?”, s’est-il interrogé, alors que les dirigeants européens souhaitent désormais que Londres assume les conséquences de son choix.

La Grande-Bretagne a quitté l’UE le 31 janvier, mais les règles européennes continuent à s’appliquer jusqu’à la fin de l’année, en attendant la conclusion d’un hypothétique accord sur les futures relations commerciales entre les deux parties.

Les deux camps peinent à trouver un compromis qui permettrait d’éviter une rupture désordonnée des relations commerciales le 1er janvier prochain.

Un projet de loi récemment présenté par Boris Johnson, destiné à éviter toute différence de traitement sur le plan douanier entre l’Irlande du Nord et les autres composantes du Royaume-Uni, a également compliqué les discussions, l’UE y voyant une remise en cause de l’accord sur les conditions du divorce conclu en janvier dernier.

Lundi, à l’issue d’un entretien avec le ministre britannique Michael Gove, le commissaire européen Maros Sefcovic a reconnu que les désaccords entre Bruxelles et Londres persistaient.

Robin Emmott et Jan Strupczewski; version française Claude Chendjou, édité par Jean-Michel Bélot

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up