for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Face à Barret, Biden et les démocrates veulent défendre l'Obamacare

WASHINGTON/WILMINGTON (Reuters) - Le candidat à la présidentielle Joe Biden et d’autres personnalités démocrates ont clairement indiqué dimanche que leur opposition à la candidate du président Donald Trump à la Cour suprême se concentrerait sur la possibilité qu’elle exprime une vote décisif pour abroger le système de protection de santé instauré sous la présidence de Barack Obama.

Le candidat à la présidentielle Joe Biden (photo) et d'autres personnalités démocrates ont clairement indiqué dimanche que leur opposition à la candidate du président Donald Trump à la Cour suprême se concentrerait sur la possibilité qu'elle exprime une vote décisif pour abroger le système de protection de santé instauré sous la présidence de Barack Obama. /Photo prise le 27 septembre 2020/REUTERS/Mike Segar

Les républicains contrôlant le Sénat, les démocrates ont peu de poids pour empêcher un vote rapide sur la nomination d’Amy Coney Barrett avant les élections du 3 novembre et presque aucun espoir d’empêcher sa confirmation.

Le camp de Joe Biden semble donc vouloir dynamiser sa base électorale avec un sujet sur lequel le candidat s’est exprimé dimanche lors d’un discours à Wilmington, dans le Delaware.

Amy Coney Barrett pourrait en effet siéger le 10 novembre dans une procédure engagée par Donald Trump et ses alliés républicains pour invalider la Loi sur les soins abordables (ACA), votée en 2010 et plus communément appelée “Obamacare”.

Une telle décision pourrait coûter à des millions d’Américains leur couverture ainsi que leur protection pour des problèmes de santé préexistants.

“Ce n’est pas un mystère, ce qui se passe ici. Le président Trump tente de rejeter la loi sur les soins abordables. Il essaie de le faire depuis quatre ans”, a déclaré Joe Biden.

Le président américain a annoncé samedi qu’il avait choisi la juge Amy Coney Barrett comme candidate à la Cour suprême pour remplacer Ruth Barber Ginsburg, décédée ce mois-ci, lançant une course contre la montre au Sénat pour confirmer sa nomination avec l’élection présidentielle du 3 novembre.

Amy Coney Barrett a déclaré qu’elle s’inscrirait dans les pas de son mentor, le défunt conservateur Antonin Scalia, qui a voté à deux reprises en faveur de procédures infructueuses visant à abroger l’Obamacare.

Sa confirmation se traduirait par une majorité conservatrice de six contre trois à la Cour suprême.

Joe Biden a pour sa part lié le sort de la loi à la crise actuelle des coronavirus, dans laquelle plus de 200.000 Américains sont morts.

“L’objectif est clairement le suivant : il s’agit de vos soins de santé. Il s’agit de savoir si l’ACA existera ou non. Il s’agit de savoir si (des affections) préexistantes continueront d’être couvertes (...) Il s’agit de la santé des gens au beau milieu d’une pandémie”, a-t-il dit.

Joe Biden a réitéré son appel pour que le vainqueur de l’élection présidentielle puisse nommer le nouveau juge tandis que Donald Trump déclarait sur Twitter que si la Cour suprême annulait la loi sur la santé, “Obamacare (serait) remplacée par une alternative BIEN meilleure et BIEN moins chère”.

Donald Trump a échoué dans ses tentatives d’abroger Obamacare lorsque les républicains contrôlaient le Sénat et la Chambre des représentants, et son camp n’a pas encore dit par quoi il remplacerait la loi.

Les sénateurs démocrates ont fait écho dimanche au message de Joe Biden, affirmant que le sujet serait au coeur des questions auxquelles Amy Coney Barrett serait confrontée lors d’une audience de confirmation de plusieurs jours devant la commission judiciaire du Sénat, qui débutera le 12 octobre.

“Je veux lui demander (...) si sa position est que nous devrions mettre fin à la loi sur les soins abordables qui prévoit une assurance maladie pour 20 millions d’Américains et des protections pour les Américains (...) contre des affections préexistantes”, a dit le sénateur démocrate Dick Durbin sur ABC.

Donald Trump a exhorté les républicains, qui détiennent une majorité de 53 à 47 au Sénat, à confirmer Amy Coney Barret avant les élections. Il a dit s’attendre à ce que les juges aient à se prononcer sur le scrutin, incitant les démocrates à demander à Barrett de se récuser si tel était le cas.

Lawrence Hurley, Steve Holland, Joseph Axe, Valerie Volcovici et Humeyra Pamuk, version française Benjamin Mallet

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up