for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Mali: Une charte qui n'exclut pas la désignation d'un militaire à la présidence adoptée

La junte malienne a obtenu samedi l'adoption d'une charte politique qui n'exclut pas l'accession d'un militaire à la présidence par intérim. La charte indique que le chef de l'Etat par intérim peut être un civil ou un militaire et fixe à 18 mois la durée de la période de transition, qui devra être suivie d'élections, a déclaré Moussa Camara (photo), porte-parole des discussions en cours. /Photo d'archives/REUTERS/Luc Gnago

BAMAKO (Reuters) - La junte malienne a obtenu samedi l’adoption d’une charte politique qui n’exclut pas l’accession d’un militaire à la présidence par intérim, malgré les protestations de la coalition à l’origine du mouvement de contestation qui a précédé le coup d’Etat du 18 août.

La charte indique que le chef de l’Etat par intérim peut être un civil ou un militaire et fixe à 18 mois la durée de la période de transition, qui devra être suivie d’élections, a déclaré Moussa Camara, porte-parole des discussions en cours.

Le président par intérim sera désigné par des électeurs choisis par la junte, a-t-il ajouté à l’issue de trois jours de négociations.

Le Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) qui a contribué à l’éviction du président Ibrahim Boubacar Keita s’est vigoureusement opposée à ce qu’un militaire supervise la transition, tout comme les médiateurs de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao), pour qui la transition ne doit pas excéder un an.

Paul Lorgerie et Tiemoko Diallo, version française Jean-Philippe Lefief

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up