for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Chine et Inde s'accordent sur un désengagement militaire dans l'Himalaya

Les Forces de sécurité frontalières de l'Inde (BSF) le long d'une route menant à Ladakah, à Gagangeer, dans le district de Ganderbal au Cachemire. La Chine et l'Inde ont annoncé vendredi un accord de "désescalade" des tensions à leur frontière himalayenne et affiché leur volonté de rétablir "la paix et la tranquillité" le long de la ligne de démarcation dont les deux géants d'Asie se contestent le tracé. /Photo prise le 2 septembre 2020/REUTERS/Danish Ismail

PÉKIN/NEW DELHI (Reuters) - La Chine et l’Inde ont annoncé vendredi un accord de “désescalade” des tensions à leur frontière himalayenne et affiché leur volonté de rétablir “la paix et la tranquillité” le long de la ligne de démarcation dont les deux géants d’Asie se contestent le tracé.

Les chefs de la diplomatie des deux pays, qui se sont rencontrés jeudi à Moscou, reconnaissent dans une déclaration commune que “la situation actuelle à la frontière n’est pas dans l’intérêt de leurs pays”.

Le conseiller d’Etat chinois, Wang Yi, et le ministre indien des Affaires étrangères, S. Jaishankar, ajoutent qu’”ils se sont mis d’accord pour que les troupes des deux pays maintiennent le dialogue, se désengagent de la frontière, respectent une distance convenable et apaisent les tensions”.

Ce consensus en cinq points intervient à la suite d’une nouvelle confrontation en Himalaya, où les deux pays divergent sur le tracé de leur frontière commune. New Delhi a accusé l’armée chinoise de s’être livrée fin août à de nouvelles provocations sur la Ligne de contrôle (Line of Actual Control), qui sert de facto de frontière.

L’objectif immédiat est de retirer les troupes des “zones de friction”: par endroits, quelques centaines de mètres seulement séparent les soldats des deux armées, et cette proximité est propice à des incidents.

En juin dernier, la situation avait dégénéré avec la mort de 20 soldats indiens lors d’une “violente confrontation physique”, selon les termes du ministère chinois des Affaires étrangères, dans un secteur isolé et enneigé du Ladakh.

Les deux puissances nucléaires se disputent de larges portions de territoires le long de leur frontière himalayenne, longue de 3.500 kilomètres, et tracée après leur brève guerre de 1962.

Gabriel Crossley à Pékin et Sanjeev Miglani à New Delhi; version française Camille Raynaud et Henri-Pierre André, édité par Blandine Hénault

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up