for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

L'équipe de Trump a levé 210 millions de dollars en août, loin derrière Biden

L'équipe de Donald Trump et la direction du Parti républicain ont annoncé mercredi que 210 millions de dollars avaient été collectés au mois d'août pour financer la campagne électorale du président sortant, loin des 365 millions de dollars levés sur la même période par son rival démocrate Joe Biden. /Photo prise le 8 septembre 2020/REUTERS/Jonathan Ernst

WASHINGTON (Reuters) - L’équipe de Donald Trump et la direction du Parti républicain ont annoncé mercredi que 210 millions de dollars avaient été collectés au mois d’août pour financer la campagne électorale du président sortant, loin des 365 millions de dollars levés sur la même période par son rival démocrate Joe Biden.

Les financements récoltés par les deux candidats en lice pour la présidentielle du 3 novembre ont augmenté le mois dernier, de pair avec la tenue des conventions ayant officialisé leur candidature et qui, même dans leur format réduit pour cause d’épidémie de coronavirus, ont renforcé l’intérêt de leurs partisans.

Mais les sommes collectées sur un mois par les équipes de Biden ont atteint un niveau record jamais vu dans l’histoire des campagnes présidentielles aux Etats-Unis.

Outre la convention du Parti démocrate, les équipes du candidat démocrate ont également bénéficié de la nomination de la sénatrice californienne Kamala Harris, que Biden a choisie le 11 août pour être sa colistière.

Dans les 48 heures qui ont suivi sa désignation, l’équipe de campagne du “ticket démocrate” a levé 48 millions de dollars.

Kamala Harris, né d’un père d’origine jamaïcaine et d’une mère d’origine indienne, n’est que la troisième femme candidate à la vice-présidence des Etats-Unis après la démocrate Geraldine Ferraro en 1984 et la républicaine Sarah Palin en 2008, et la première femme noire.

Dans la dernière livraison du sondage Reuters/Ipsos, Joe Biden devance Donald Trump de douze points de pourcentage dans les intentions de vote au niveau national, à 52% contre 40%.

Le 9 septembre 2016, l’avance de la démocrate Hillary Clinton sur Donald Trump était mesurée à 4 points par Reuters/Ipsos, à 41% contre 37%.

L’enquête Reuters/Ipsos menée entre les 3 et 8 septembre indique en outre que la part d’électeurs n’ayant pas encore arrêté leur choix est deux fois moins importante qu’il y a quatre ans.

Simon Lewis et Jonathan Landay; version française Henri-Pierre André, édité par Jean-Stéphane Brosse

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up