for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

L'UE va sanctionner 31 hauts fonctionnaires biélorusses

L'Union européenne a l'intention de sanctionner 31 membres de l'administration biélorusse, dont le ministre de l'Intérieur, en raison des fraudes qui ont, selon elle, entaché la réélection du président Alexandre Loukachenko et de la répression de la contestation qui a suivi, a-t-on appris auprès de trois diplomates européens. /Photo prise le 21 août 2020/REUTERS/Yves Herman

BRUXELLES (Reuters) - L’Union européenne a l’intention de sanctionner 31 membres de l’administration biélorusse, dont le ministre de l’Intérieur, en raison des fraudes qui ont, selon elle, entaché la réélection du président Alexandre Loukachenko et de la répression de la contestation qui a suivi, a-t-on appris auprès de trois diplomates européens.

“Nous nous sommes d’abord mis d’accord sur 14 noms, mais de nombreux Etats ont estimé que ce n’était pas suffisant. Nous sommes maintenant parvenus à un consensus sur 17 autres. Ce sont des hauts fonctionnaires responsables de l’élection, de la violence et de la répression”, a déclaré l’un d’eux.

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE ont donné leur accord de principe le mois dernier à Berlin à ces sanctions, qui consistent en un gel des avoirs et une interdiction de délivrance de visa, mais n’ont pas décidé à qui les imposer.

La Grèce et Chypre n’auraient toutefois pas validé la liste des personnalités visées et leur aval pourrait dépendre du dossier turc. Athènes et Nicosie souhaitent que la Turquie soit également sanctionnée pour la campagne de prospection gazière entamée dans une zone contestée de Méditerranée orientale et pourraient faire pression dans le dossier biélorusse pour obtenir gain de cause, ont précisé les diplomates.

La liste peut encore évoluer, mais un accord devrait être conclu le 21 septembre, lors du prochain conseil des ministres des Affaires étrangères de l’UE, et les sanctions entreraient en vigueur le 22, ont-t-ils ajouté.

“Il y a la volonté politique et la détermination nécessaires pour que (les sanctions) soient adoptées le plus tôt possible”, a par ailleurs déclaré un porte-parole de la Commission européenne, lors d’un point de presse.

Robin Emmott avec Gabriela Bacyznska et John Chalmers, version française Jean-Philippe Lefief, édité par Jean-Michel Bélot

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up