for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Biélorussie: Des forces de sécurité cagoulées embarquent des étudiants

Des membres cagoulés des forces de sécurité ont traîné des étudiants biélorusses hors des rues et les ont embarqués dans des fourgons alors que de nouvelles manifestations ont éclaté dans le pays contre le président biélorusse Alexandre Loukachenko samedi pour un quatrième week-end depuis sa réélection contestée. /Photo prise le 5 septembre 2020/REUTERS/BelaPAN

(Reuters) - Des membres cagoulés des forces de sécurité ont traîné des étudiants biélorusses hors des rues et les ont embarqués dans des fourgons alors que de nouvelles manifestations ont éclaté dans le pays contre le président biélorusse Alexandre Loukachenko samedi pour un quatrième week-end depuis sa réélection contestée.

Jusqu’à 30 personnes ont été arrêtées pour avoir participé à des manifestations non autorisées, a déclaré l’agence de presse russe TASS citant la police de la capitale Minsk.

Selon des images diffusées par des médias locaux, des étudiants, dont certains recouverts du drapeau blanc et rouge de l’opposition, ont organisé des manifestations dans plusieurs endroits de la capitale biélorusse.

Des milliers de femmes ont par la suite organisé une marche distincte à travers Minsk dans le courant de l’après-midi, avec comme slogans “Ne touchez pas aux enfants”.

Une femme s’est approchée des forces de sécurité masquées et casquées, exhibant des photos de manifestants présentant des ecchymoses sur le corps.

Le gouvernement avait précédemment nié avoir maltraité des détenus après que beaucoup sont sortis de prison après les élections, se plaignant de coups et d’actes de punitions.

Les manifestants ont ensuite convergé vers une église catholique de la place de l’Indépendance, par solidarité avec l’archevêque de Minsk Tadeusz Kondrusiewicz qui a été interdit de rentrer en Biélorussie lundi.

La militante de l’opposition biélorusse Olga Kovalkova est arrivée samedi dans la capitale polonaise Varsovie après qu’elle a expliqué avoir été contrainte par les autorités à quitter son pays.

Polina Ivanova à Moscou, Alan Charlish et Pawel Florkiewicz à Varsovie, version française Matthieu Protard

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up