for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

La Russie a accru son soutien à un groupe militaire privé en Libye

NEW YORK (Reuters) - La Russie a accru son soutien logistique à une société militaire privée en Libye avec l’envoi ces derniers mois de dizaines de cargo militaires pour aider les soldats privés à appuyer les forces du général Khalifa Haftar, homme fort de l’Est libyen, selon un rapport de l’Onu que Reuters a pu consulter mercredi.

Le document, rédigé par des experts indépendants et soumis à la commission onusienne des sanctions cotre la Libye - mais pas encore rendu public -, indique aussi que la Turquie, les Emirats arabes unis, la Jordanie, la Russie et le Qatar ont violé l’embargo sur les ventes d’armes à la Libye.

Aucun commentaire n’a été obtenu dans l’immédiat auprès des missions diplomatique jordanienne, russe, qatari, turque et emirati. Le président russe Vladimir Poutine avait déclaré en janvier que si des Russes étaient présents en Libye, ceux-ci ne représentaient pas ni n’étaient rémunérés par son gouvernement.

La Libye est divisée en deux depuis 2014. Le gouvernement reconnu par la communauté internationale dirige Tripoli et le nord-ouest du pays, tandis que les forces du maréchal Haftar contrôlent l’est du pays. Celles-ci ont lancé l’an dernier une offensive contre la capitale.

D’après le rapport, quelque 338 avions cargos militaires sont partis de Syrie à destination de la Libye, entre novembre dernier et juillet, afin d’aider les combattants de la société militaire privée Wagner Group.

“Le support logistique militaire direct de la part de la Russie envers ChVK Wagner, et probablement d’autres groupes militaires privés basés en Russie, (...) s’est accru de manière significative entre janvier 2020 et juin 2020”, est-il écrit.

Dans un rapport confidentiel en mai, les observateurs de l’Onu indiquaient que le Wagner Group avait près de 1.200 personnes déployées en Libye.

“L’embargo sur les armes est totalement inefficace”, dit le rapport. “Depuis l’engagement plus direct de la Turquie en décembre 2019 et des Émirats Arabes Unis en janvier 2020, les transferts d’armes vers la Libye par ces deux Etats ont été importants, flagrants et au mépris total des mesures de sanctions”, est-il ajouté.

Michelle Nichols; version française Camille Raynaud, édité par Jean Terzian

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up