for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Berlin certain que Navalny a été empoisonné au Novitchok, Moscou réfute

BERLIN (Reuters) - Les examens médicaux pratiqués sur l’opposant russe Alexeï Navalny prouvent qu’il a été empoisonné par un produit de la famille du Novitchok, a déclaré mercredi le porte-parole du gouvernement allemand, une annonce réfutée par Moscou qui accuse Berlin de ne détenir aucune preuve.

En photo, l’Hôpital universitaire de la Charité de Berlin où est hospitalisé Alexeï Navalny. Les examens médicaux pratiqués sur l'opposant russe Alexeï Navalny prouvent qu'il a été empoisonné par un produit de la famille du Novitchok, a déclaré mercredi le porte-parole du gouvernement allemand, évoquant un poison déjà utilisé contre l'ancien espion Sergueï Skripal en 2018 en Grande-Bretagne. /Photo prise le 24 août 2020/REUTERS/Michele Tantussi

Des tests toxicologiques réalisés par un laboratoire de l’armée allemande ont apporté des “preuves sans équivoque” d’empoisonnement, dit Steffen Seibert dans un communiqué, évoquant une substance déjà utilisée contre l’ancien espion Sergueï Skripal en 2018 en Grande-Bretagne.

Le ministère russe des Affaires étrangères a balayé ces affirmations, déclarant que Berlin ne disposait d’aucun élément probant et déplorant que l’Allemagne n’ait pas coopéré avec Moscou.

“Les informations faisant état d’une tentative de meurtre par empoisonnement d’une figure de l’opposition russe sont dérangeantes”, a toutefois commenté la chancelière Angela Merkel.

“Alexeï Navalny a été la victime d’un agent neurotoxique de type Novitchok. Ce poison peut être décelé sans équivoque par des examens”, a-t-elle poursuivi.

Steffen Seibert avait auparavant annoncé que Berlin allait contacter ses partenaires de l’UE et de l’Otan pour les tenir informer des avancées de l’enquête. Le gouvernement allemand “discutera avec ses partenaires d’une réaction conjointe appropriée à la lumière de la réponse russe”, a ajouté le porte-parole.

La France et l’Union européenne ont à leur tour condamné l’empoisonnement dont Alexeï Navalny a été victime et parlent d’une atteinte au droit international.

“Je veux rappeler que l’utilisation d’armes chimiques, en tout lieu, à tout moment, par quiconque et en toutes circonstances est inacceptable et contrevient aux normes internationales contre l’utilisation de ces armes”, a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian dans un communiqué.

“La France est en lien étroit avec les autorités allemandes, ainsi qu’avec ses partenaires, pour se coordonner sur la réponse à apporter à cet événement dans les enceintes pertinentes, notamment dans le cadre de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC).”

Les annonces allemandes ont également suscité de vives réactions aux Etats-Unis où la Maison blanche a jugé l’empoisonnement d’Alexeï Navalny “absolument condamnable”.

L’opposant a été victime d’un malaise le 20 août à bord d’un avion entre la Sibérie et Moscou après avoir bu du thé à l’aéroport. Hospitalisé dans un premier temps à Omsk, en Sibérie, il a été transféré le 22 août en Allemagne, où ses médecins ont rapidement soupçonné un empoisonnement par une molécule de la classe des inhibiteurs de la cholinestérase, à laquelle appartient le Novitchok.

Michael Nienaber, version française Marc Angrand et Nicolas Delame

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up