for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

USA: Trump défend l'auteur présumé d'une fusillade à Kenosha

Le président américain Donald Trump a pris lundi la défense de l'adolescent âgé de 17 ans accusé d'avoir tué la semaine dernière deux personnes lors de manifestations à Kenosha, dans le Wisconsin, déclarant que le suspect tentait de fuir et aurait été tué par des manifestants s'il n'avait pas fait feu. /Photo prise le 28 août 2020/REUTERS/Carlos Barria

WASHINGTON (Reuters) - Le président américain Donald Trump a pris lundi la défense de l’adolescent âgé de 17 ans accusé d’avoir tué la semaine dernière deux personnes lors de manifestations à Kenosha, dans le Wisconsin, déclarant que le suspect tentait de fuir et aurait été tué par des manifestants s’il n’avait pas fait feu.

Donald Trump a prévu de se rendre mardi dans cette ville de 100.000 habitants, située au sud de Milwaukee près du lac Michigan, où des manifestations ont éclaté après qu’un policier a grièvement blessé le 23 août un homme noir, Jacob Blake, en lui tirant dans le dos à sept reprises.

Au cours de la troisième nuit de manifestations, Kyle Rittenhouse a ouvert le feu contre trois manifestants avec un fusil d’assaut, tuant deux d’entre eux.

“Il tentait de leur échapper (...) Et il est alors tombé et ils sont devenus très violents et l’ont attaqué”, a déclaré Donald Trump lors d’un point de presse à la Maison blanche. “Je pense qu’il était en grand danger (...) Il aurait vraisemblablement été tué”, a-t-il ajouté à propos de l’adolescent de 17 ans.

Kyle Rittenhouse a été inculpé de deux chefs d’accusation de meurtre au premier degré et d’une tentative de meurtre. Son avocat a indiqué qu’il entendait plaider la légitime défense.

Donald Trump, formellement désigné la semaine dernière comme le candidat du Parti républicain pour l’élection présidentielle de novembre () et qui a fait du maintien de l’ordre le thème principal de sa campagne, a refusé de condamner les actes de violence commis par ses partisans et s’est insurgé contre ce qu’il a décrit comme des émeutes et l’anarchie menées par des manifestants “de gauche”.

L’ancien vice-président Joe Biden, rival démocrate de Donald Trump pour le scrutin du 3 novembre, a accusé le président sortant d’alimenter la violence avec sa rhétorique, tout en soulignant que les émeutiers et pilleurs devaient être traduits devant la justice.

La Maison blanche a indiqué que Donald Trump ne prévoyait pas de rencontrer la famille de Jacob Blake durant son déplacement à Kenosha. Le président va évaluer les dégâts et rencontrer des commerçants, a-t-elle précisé.

Jeff Mason et Andrea Shalal; version française Jean Terzian

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up