for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Trump, plus fauteur de trouble que garant de l'ordre, dira Biden à Pittsburgh

Donald Trump a beau exprimer son attachement au maintien de l'ordre, il ne fait qu'attiser les tensions et les violences raciales, dira lundi Joe Biden à Pittsburgh, en Pennsylvanie, un Etat potentiellement déterminant pour l'issue de la présidentielle américaine du 3 novembre. /Photo prise le 31 août 2020/REUTERS/Alan Freed

WILMINGTON, Delaware (Reuters) - Donald Trump a beau exprimer son attachement au maintien de l’ordre, il ne fait qu’attiser les tensions et les violences raciales, dira lundi Joe Biden à Pittsburgh, en Pennsylvanie, un Etat potentiellement déterminant pour l’issue de la présidentielle américaine du 3 novembre.

Le président sortant, qui est devancé par son rival démocrate dans les intentions de vote, a fait de ce thème du maintien de l’ordre un axe majeur de sa campagne, alors que les manifestations contre les brutalités policières et les inégalités raciales se multiplient depuis la mort de George Floyd, tué le 25 mai lors de son interpellation à Minneapolis.

“Ce président a perdu depuis longtemps toute autorité morale dans ce pays. Il ne peut pas mettre fin aux violences parce qu’il les fomente depuis des années (...) Qui peut croire qu’il y aura moins de violences en Amérique si Donald Trump est réélu ?”, dira Biden, selon des extraits de son discours diffusés par son équipe de campagne.

Le candidat républicain a de nouveau reproché lundi sur Twitter aux maires et aux gouverneurs démocrates des villes et des Etats qui ont été le théâtre de débordements lors de manifestations antiracistes d’avoir laissé la situation leur échapper.

Le meeting de ce lundi en Pennsylvanie, l’un des “Swing States” qui a permis à Donald Trump de l’emporter en 2016, constitue un tournant dans la campagne de Joe Biden, qui n’a pratiquement pas quitté son domicile du Delaware depuis l’apparition en mars du COVID-19 aux Etats-Unis. L’ancien vice-président de Barack Obama, qui est âgé de 77 ans, devrait dorénavant effectuer davantage de déplacements dans les Etats déterminants, selon son état-major.

À Pittsburgh, le coronavirus, qui selon lui “échappe à tout contrôle, tue des milliers d’Américains chaque semaine et bouleverse l’économie nationale”, sera l’autre thème majeur de son discours.

L’actuel locataire de la Maison blanche est quant à lui attendu mardi à Kenosha, dans le Wisconsin, où un autre Afro-Américain a été grièvement blessé la semaine dernière par la police, ce qui a donné lieu à de nouvelles manifestations et à l’arrestation d’un adolescent de 17 ans, pour le meurtre de deux protestataires.

Plusieurs élus démocrates, dont le gouverneur du Wisconsin, ont exhorté Donald Trump à renoncer à ce déplacement.

Jarrett Renshaw, version française Jean-Philippe Lefief, édité par Jean-Stéphane Brosse

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up