for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Coronavirus: La reprise de l'épidémie en Corée du Sud place les hôpitaux sous pression

A l'extérieur d'un hôpital, à Séoul. La Corée du Sud a fait état samedi de plus de 300 nouveaux cas de contamination par le nouveau coronavirus et cette résurgence de l'épidémie alimente les inquiétudes sur une possible pénurie de lits dans les hôpitaux de la capitale Séoul pour accueillir les patients les plus gravement atteints. /Photo prise le 26 août 2020/REUTERS/Kim Hong-Ji

SEOUL (Reuters) - La Corée du Sud a fait état samedi de plus de 300 nouveaux cas de contamination par le nouveau coronavirus et cette résurgence de l’épidémie alimente les inquiétudes sur une possible pénurie de lits dans les hôpitaux de la capitale Séoul pour accueillir les patients les plus gravement atteints.

Selon le bilan fourni par les Centres coréens de prévention et de contrôle des maladies (KCDC), le nombre total de personnes contaminées dans le pays s’élevait vendredi à minuit à 19.400, soit 308 de plus que la veille, pour 321 morts depuis le début de l’épidémie.

La Corée du Sud a été le premier grand foyer épidémique hors de Chine au début de la pandémie. Après avoir réussi à maîtriser la situation, elle est aujourd’hui confrontée à une nouvelle hausse des contaminations, avec plus de 100 cas quotidiens depuis 16 jours maintenant.

Dans les hôpitaux de Séoul et de ses environs, seuls 4,5% des lits prévus pour accueillir les cas les plus graves étaient encore disponibles vendredi, contre 22% une semaine plus tôt.

“Seuls une quinzaine de lits sont immédiatement disponibles dans la métropole de Séoul pour les patients dans un état grave”, a dit Yoon Tae-ho, directeur général de la politique de santé publique au ministère de la Santé.

“Mais nous devrions avoir rapidement un petit peu plus de places à mesure que davantage de personnes sortent”, a-t-il ajouté au cours d’une conférence de presse.

La gestion de cette reprise de l’épidémie est compliquée par une grève de près de 16.000 médecins et internes, qui protestent contre un projet gouvernemental d’augmenter le nombre d’étudiants en médecine de 4.000 au cours des 10 prochaines années afin de permettre au pays de mieux affronter à l’avenir les crises sanitaires telles que celle du Covid-19.

Hyonhee Shin; version française Bertrand Boucey

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up