for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Biélorussie: Loukachenko menace de couper les voies de transit en cas de sanctions de l'UE

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko, dont la réélection est contestée depuis trois semaines, a menacé vendredi d'interdire le transit des exportations européennes destinées à la Russie en cas de sanctions de la part des Vingt-Sept. /Photo prise le 28 août 2020/REUTERS/Sergei Sheleg/BelTA

MINSK (Reuters) - Le président biélorusse Alexandre Loukachenko, dont la réélection est contestée depuis trois semaines, a menacé vendredi d’interdire le transit des exportations européennes destinées à la Russie en cas de sanctions de la part des Vingt-Sept.

Le chef de l’Etat, qui s’exprimait à l’occasion d’une visite dans une laiterie de l’est du pays, a par ailleurs menacé de boycotter les ports de la Lituanie, membre de l’UE.

“J’ai demandé au gouvernement de présenter une proposition pour réorienter tous les flux commerciaux des ports lituaniens vers d’autres ports”, a-t-il annoncé, selon l’agence de presse official Belta. “Voyons comment ils vont vivre avec ça.”

“Ils se sont enrichis et ont oublié ce qu’est la Biélorussie. Ils pensaient que nous pourrions être effrayés par des fusées et des chars. Eh bien, voyons qui a peur de qui ! Nous allons leur montrer ce que sont les sanctions”, a ajouté Alexandre Loukachenko.

Les marchandises en provenance de Biélorussie, pays enclavé, représentent près du tiers du trafic ferroviaire et portuaire de Lituanie. Le pays est également une voie terrestre importante pour les marchandises européennes à destination de la Russie, comme pour l’approvisionnement énergétique de l’Europe. Toutes les exportations russes passent par son territoire via l’oléoduc Droujba.

Confronté à un mouvement de contestation d’une ampleur inédite, selon lui financé par les puissances occidentales, Alexandre Loukachenko, qui est au pouvoir depuis 26 ans, a ordonné à l’armée de se préparer au combat. Vladimir Poutine a quant à lui annoncé jeudi la mise sur pied d’une “force de police de réserve” susceptible de venir en aide au président biélorusse.

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE, qui cherchent à contraindre Minsk d’organiser un nouveau scrutin présidentiel, ont établi jeudi une liste d’une vingtaine de personnalités dont les avoirs pourraient être gelés.

Andrey Makhovsky à Minsk et Gabrielle Tétrault-Farber à Moscou, Madeleine Chambers à Berlin et Agnieszka Barteczko à Varsovie, version française Diana Mandiá

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up