for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

L'Allemagne place Alexeï Navalny sous protection à l’hôpital

Le gouvernement allemand a placé Alexeï Navalny (photo) sous protection à l’hôpital après avoir déterminé que l’opposant au président russe Vladimir Poutine avait été probablement empoisonné lors d'un déplacement en Sibérie. /Photo d'archives/REUTERS/Maxim Shemetov

BERLIN (Reuters) - Le gouvernement allemand a placé Alexeï Navalny sous protection à l’hôpital après avoir déterminé que l’opposant au président russe Vladimir Poutine avait été probablement empoisonné lors d’un déplacement en Sibérie.

“Ce que l’on soupçonne, c’est que M. Navalny a été empoisonné étant donné que malheureusement il y a eu plusieurs cas suspects de ce type dans l’histoire récente de la Russie”, a déclaré à la presse Steffen Seibert, porte-parole de la chancelière Angela Merkel.

“Parce qu’on peut dire avec une quasi-certitude qu’il y a eu une attaque par empoisonnement, une protection est nécessaire”, a-t-il ajouté.

La Russie n’a pas réagi dans l’immédiat à ces déclarations. Le Kremlin a déclaré vendredi que les causes de la maladie d’Alexeï Navalny restaient floues et que les premiers examens pratiqués sur l’opposant ne prouvaient pas d’empoisonnement.

Alexeï Navalny a été hospitalisé jeudi dans un état grave à Omsk, en Sibérie, puis transféré le surlendemain à Berlin. Ses partisans affirment qu’il a été empoisonné avec un produit mélangé à son thé, ce dont les médecins russes chargés de son cas disent n’avoir trouvé aucune trace.

Les médecins russes ont également assuré lundi avoir sauvé la vie de l’opposant à Vladimir Poutine et démentent toute pression de la part des autorités quant au traitement de leur patient.

L’incident pourrait mettre encore plus à mal les relations de la Russie avec ses voisins européens et l’Otan, qui l’ont accusée par le passé de mener des attaques contre les opposants en Europe, ce que Moscou a constamment démenti.

Andreas Rinke, avec Anton Zverev, Andrey Kuzmin et Tom Balmforth à Moscou; version française Jean-Philippe Lefief et Diana Mandiá, édité par Jean-Michel Bélot et Bertrand Boucey

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up