for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

USA 2020: Officiellement candidat, Biden promet la "lumière" après les "ténèbres" de l'ère Trump

WILMINGTON, Delaware (Reuters) - Joe Biden a accepté jeudi sa nomination par le Parti démocrate en vue de l’élection présidentielle du 3 novembre prochain et promis, dans son discours de clôture de la convention nationale démocrate, de guérir un pays frappé par la pandémie en cours et ses répercussions économiques, et profondément divisé par les quatre ans de présidence de Donald Trump.

Joe Biden a accepté jeudi sa nomination par le Parti démocrate en vue de l'élection présidentielle du 3 novembre prochain et promis, dans son discours de clôture de la convention nationale démocrate, de guérir un pays frappé par la pandémie en cours et ses répercussions économiques, et profondément divisé par les quatre ans de présidence de Donald Trump. /Photo prise le 20 août 2020/REUTERS/Kevin Lamarque

“Le président actuel a plongé l’Amérique dans les ténèbres depuis bien trop longtemps. Trop de colère. Trop de peur. Trop de division”, a-t-il dit.

“Je vous donne ma parole: si vous me faites confiance avec la présidence, je tirerai le meilleur de nous, pas le pire”, a-t-il poursuivi lors de son discours d’investiture comme candidat du Parti démocrate pour l’élection présidentielle.

“Je suis un candidat démocrate mais je serai un président américain”, a-t-il déclaré. “C’est le travail d’un président. Nous représenter tous, pas seulement notre base électorale ou notre parti”, a-t-il assuré.

Le discours de Joe Biden, prononcé depuis un stade pratiquement vide de Wilmington dans le Delaware, la ville où il réside, marque le nouveau point culminant d’une carrière politique longue de près de cinq décennies.

Au terme de la quatrième et ultime soirée de la convention démocrate, uniquement virtuelle à cause de la crise sanitaire, l’ancien sénateur et vice-président de Barack Obama a décrit la période actuelle comme l’une des plus importantes de l’histoire, sur fond d’épidémie de coronavirus, de récession, d’éveil sur les questions raciales et de lutte pour l’environnement.

FRONT UNI DES DÉMOCRATES

Joe Biden a promis de représenter tous les Américains et de travailler “tout aussi dur” pour ceux qui ne le soutiennent pas, dessinant un contraste implicite avec le républicain Donald Trump, qui s’est montré peu enclin à plaire en dehors de son électorat de base.

Plusieurs démocrates ayant pris part à la course pour l’investiture du parti - dont les sénateurs Bernie Sanders, Elizabeth Warren, Amy Klobuchar et Cory Booker - ont salué dans des témoignages pré-enregistrés l’empathie et le leadership de Joe Biden.

Un autre ex-rival, le milliardaire et ancien républicain Michael Bloomberg, a déclaré que Donald Trump avait échoué tant comme homme d’affaires que comme président.

Tout au long de la convention, les principales figures du Parti démocrate, ses étoiles montantes et même des personnalités républicaines ont successivement apporté leur soutien à Joe Biden et souligné l’urgence de mettre fin aux tumultes de la présidence de Donald Trump.

Avant que Biden ne prenne la parole dans la soirée, deux événements ont offert matière supplémentaire à la campagne Biden pour dénoncer ce qu’elle décrit comme un mandat chaotique de Donald Trump.

Steve Bannon, l’un des architectes de la victoire de Trump en 2016, a été arrêté pour des accusations de détournement de fonds (), tandis qu’un juge fédéral new-yorkais a déclaré que le président sortant ne pouvait pas empêcher la transmission à la justice de huit années de déclarations de revenus.

Joe Biden, âgé de 77 ans, devance dans les sondages Donald Trump, 74 ans, qui sera formellement désigné la semaine prochaine candidat du Parti républicain.

Mercredi, la sénatrice Kamala Harris a officiellement accepté sa nomination comme colistière de Joe Biden et est devenue la première femme de couleur à figurer sur un “ticket” présidentiel.

Donald Trump a tenu durant la semaine différents événements à travers le pays pour proposer un contre-programme, une rupture avec la tradition selon laquelle les candidats réduisent leurs activités durant la convention du parti adverse.

avec John Whitesides et Michael Martina; version française Jean Terzian et Myriam Rivet, édité par Jean-Michel Bélot

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up