for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

L'ex-conseiller de Trump Steve Bannon accusé de détournement de fonds

WASHINGTON (Reuters) - Steve Bannon, l’un des architectes de la victoire électorale du président Donald Trump en 2016, a plaidé non coupable jeudi après été arrêté pour détournement de fonds dans le cadre d’une campagne de financement participatif de la construction d’un mur à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique.

Steve Bannon, l'un des architectes de la victoire électorale du président Donald Trump en 2016, a plaidé non coupable jeudi après été arrêté pour détournement de fonds dans le cadre d'une campagne de financement participatif de la construction d'un mur à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. /Photo d'archives/REUTERS/Alessandro Bianchi

Conseiller clé de la campagne présidentielle de Trump devenu stratège en chef de la Maison Blanche, Bannon a été limogé de son poste à la Maison Blanche en 2017 après avoir exprimé publiquement son désaccord avec la politique de l’administration Trump sur la Corée du Nord.

Il a été arrêté jeudi en même temps que trois autres hommes et inculpé comme eux pour association de malfaiteurs en vue d’une fraude et blanchiment d’argent. Ils encourent chacun une peine maximale de 40 ans de détention.

La justice reproche aux quatre hommes d’avoir détourné l’argent de centaines de milliers de donateurs par le biais d’une campagne de financement participatif de 25 millions de dollars appelée “We Build the Wall” (“Nous construisons le mur”). Selon les procureurs, Steve Bannon a perçu plus d’un million de dollars issus de cette campagne par l’intermédiaire d’une organisation à but non lucratif.

Il a été arrêté dans le Connecticut par des agents du bureau du procureur et de l’US Postal Inspection Service à bord d’un yacht de 45 mètres de long, selon une source policière. Ce yacht appartient au milliardaire chinois exilé Guo Wengui, avec qui Steve Bannon a eu une relation de travail.

Steve Bannon, vu devant le tribunal fédéral de Manhattan où il a plaidé non coupable, a été libéré contre une caution fixée à 5 millions de dollars et n’a pas le droit de quitter le territoire américain.

Il dirige l’organisation à but non lucratif “Citizens of the American Public” qui a reçu plus de 4,4 millions de dollars de contributions en 2018, montrent des documents officiels.

Donald Trump a déclaré à des journalistes à la Maison blanche qu’il se sentait “très mal” face aux faits reprochés à Steve Bannon, parlant d’un “triste événement” tout en s’employant à prendre ses distances avec son ancien conseiller.

“Je n’ai pas du tout eu affaire à lui depuis des années maintenant”, a-t-il dit.

Le projet de construction d’un mur le long de la frontière entre les États-Unis et le Mexique, promesse phare de la campagne de 2016 censée freiner l’immigration illégale, s’est heurtée depuis à des contestations judiciaires, à des obstacles logistiques et à l’opposition des démocrates au Congrès.

Plus de 330.000 personnes ont néanmoins fait des dons à des collecteurs de fonds privés qui ont promis de construire le mur eux-mêmes, selon une enquête menée par Reuters en 2019.

Seules deux sections de murs ont été construites sur des terrains privés, au Nouveau Mexique et au Texas.

Jan Wolfe, Sarah N. Lynch, Andy Sullivan; version française Elena Smirnova et Laetitia Volga, édité par Marc Angrand et Jean-Michel Bélot

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up