July 8, 2020 / 8:51 AM / a month ago

Hong Kong interdit les hymnes jugés protestataires dans les écoles

Une manifestation des élèves à Hong Kong. Les autorités de Hong Kong ont interdit mercredi aux élèves de chanter "Glory to Hong Kong", l'hymne officieux des manifestations pro-démocratie, quelques heures seulement après que Pékin a inauguré son nouveau bureau de sécurité nationale dans la région administrative spéciale. /Photo prise le 12 juin 2020/REUTERS/Tyrone Siu

HONG KONG (Reuters) - Les autorités de Hong Kong ont interdit mercredi aux élèves de chanter “Glory to Hong Kong”, l’hymne officieux des manifestations pro-démocratie, quelques heures seulement après que Pékin a inauguré son nouveau bureau de sécurité nationale dans la région administrative spéciale.

La nouvelle législation chinoise en matière de sécurité oblige Hong Kong à “promouvoir la sécurité nationale dans les écoles et les universités et par le biais des organisations sociales, des médias, de l’internet”.

Cette nouvelle interdiction alimente les craintes que la loi sur la sécurité nationale récemment adoptée ne mette fin aux libertés dont les habitants de Hong Kong jouissent de longue date. Elle intervient quelques jours seulement après que les bibliothèques publiques ont retiré de leurs rayons les livres de certaines personnalités pro-démocratiques.

Le secrétaire à l’éducation Kevin Yeung a déclaré que les étudiants ne devraient pas participer aux boycotts des cours, scander des slogans, former des chaînes humaines ou chanter des chansons à caractère politique.

“La chanson ‘Glory to Hong Kong’ (...) contient des messages politiques forts et est étroitement liée aux évènements sociaux et politiques, à la violence et aux incidents illégaux qui ont duré de nombreux mois”, a déclaré Kevin Yeung. “Les écoles ne doivent pas permettre aux élèves de la jouer, la chanter ou de la diffuser au sein de leurs établissements”.

Les représentants des gouvernements de Hong Kong et de Chine ont déclaré que la nouvelle loi est essentielle pour combler les lacunes en matière de sécurité nationale, mises à jour lors des manifestations anti-gouvernementales et anti-chinoises qui ont secoué la ville l’an dernier.

Selon eux, Hong Kong n’a pas réussi à adopter de telles lois par elle-même, comme l’exige sa mini-constitution, connue sous le nom de Loi fondamentale.

Beaucoup néanmoins considèrent la nouvelle loi sur la sécurité nationale comme un outil de répression qui servira contre les détracteurs du gouvernement. Ses partisans affirment au contraire qu’elle permettra de stabiliser la situation dans l’ancienne colonie britannique.

Twinnie Siu; Anne Marie Roantree; version française Laura Marchioro, édité par Blandine Hénault

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below