for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Colombie: Les rebelles de l'ELN appellent à une trêve de 90 jours

Le principal groupe de rebelles colombien encore actif, l'Armée de libération nationale (ELN), a appelé mardi soir à un cessez-le-feu bilatéral d'au moins 90 jours pour faciliter la lutte contre l'épidémie de coronavirus et relancer les discussions de paix avec le gouvernement. "Notre gouvernement ne manquera jamais de se conformer au devoir constitutionnel de lutter contre le crime dans notre pays", a déclaré le président colombien Ivan Duque (photo) sur Twitter. "L'ELN est un groupe terroriste qui est un fléau depuis des décennies pour ce pays". /Photo prise le 26 juin 2020/REUTERS/Luisa Gonzalez

BOGOTA (Reuters) - Le principal groupe de rebelles colombien encore actif, l’Armée de libération nationale (ELN), a appelé mardi soir à un cessez-le-feu bilatéral d’au moins 90 jours pour faciliter la lutte contre l’épidémie de coronavirus et relancer les discussions de paix avec le gouvernement.

Cette proposition intervient après que le Conseil de sécurité de l’Onu a adopté la semaine passée une résolution en faveur d’une trêve dans les lieux de conflits à travers le monde afin de permettre à tous les pays de se focaliser sur la lutte contre le coronavirus.

Dans un communiqué, l’ELN dit avoir pris en considération le texte voté aux Nations unies et appelle le président colombien Ivan Duque à accepter un cessez-le-feu bilatéral. “Notre délégation diplomatique, située à La Havane, a autorité pour procéder à l’ensemble des détails opérationnels”, ajoute le groupe rebelle.

“Notre gouvernement ne manquera jamais de se conformer au devoir constitutionnel de lutter contre le crime dans notre pays”, a déclaré Ivan Duque sur Twitter. “L’ELN est un groupe terroriste qui est un fléau depuis des décennies pour ce pays”.

Composé de quelque 2.000 combattants, l’ELN a mené en janvier 2019 une attaque à la voiture piégée contre l’académie de police à Bogota qui a fait 22 morts et anéanti une éventuelle ouverture au dialogue du gouvernement Duque, opposé à entamer des négociations avec les rebelles tant que ceux-ci continueront de procéder à des enlèvements et de recruter des mineurs.

Oliver Griffin et Luis Jaime Acosta; version française Jean Terzian

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up