for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up
International

Hong Kong: La nouvelle loi de sécurité est plutôt modérée, dit Lam

La nouvelle loi de sécurité nationale imposée la semaine dernière à Hong Kong par la Chine n'est pas de mauvais augure pour la ville et est plutôt "modérée", a dit mardi la cheffe de l'exécutif local, Carrie Lam (photo). /Image diffusée le 30 juin 2020/REUTERS/Hong Kong Information Services Department

HONG KONG (Reuters) - La nouvelle loi de sécurité nationale imposée la semaine dernière à Hong Kong par la Chine n’est pas de mauvais augure pour la ville et est plutôt “modérée”, a dit mardi la cheffe de l’exécutif local, Carrie Lam.

S’exprimant lors d’une conférence de presse hebdomadaire, elle a par ailleurs réfuté les informations selon lesquelles elle n’aurait pas été mise au courant de la teneur de la loi avant que celle-ci ne soit votée et communiquée par Pékin. Elle a toutefois indiqué n’avoir pas vu la totalité du texte de loi.

Carrie Lam a déclaré que cette loi permettrait de restaurer le statut de Hong Kong comme l’une des villes les plus sûres au monde, après que l’ancienne colonie britannique a été secouée l’an dernier par des manifestations parfois violentes.

“Au regard des lois de sécurité nationale d’autres pays, cette loi est plutôt modérée. Son champ n’est pas aussi étendu que dans d’autres pays, même la Chine”, a-t-elle dit, sans nommer d’autres pays.

La loi a été dénoncée notamment par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, qui y voient une violation du principe “un pays, deux systèmes” censé garantir à Hong Kong un haut degré d’autonomie.

Les autorités de Hong Kong et de Pékin disent la considérer comme indispensable pour garantir la stabilité de la région administrative spéciale après les troubles de l’an dernier. La loi autorise pour la première fois les agences de sécurité chinoises à s’implanter dans le territoire semi-autonome.

Carrie Lam a déclaré que les affaires impliquant l’agence chinoise nouvellement implantée à Hong Kong seraient “rares” et que la sécurité nationale était une “ligne rouge” à ne pas franchir.

Yanni Chow et Clare Jim; version française Jean Terzian

for-phone-onlyfor-tablet-portrait-upfor-tablet-landscape-upfor-desktop-upfor-wide-desktop-up